SETUID(2) Manuel du programmeur Linux SETUID(2)

setuid - Définir l'identifiant de l'utilisateur

#include <unistd.h>
int setuid(uid_t uid);

setuid() définit l'UID effectif du processus appelant. Si ce processus appelant est privilégié (plus précisément, s'il a la capacité CAP_SETUID dans son espace de noms utilisateur), l'UID réel et sauvé sont aussi positionnés.

Sous Linux, setuid() est implémenté avec l'option _POSIX_SAVED_IDS, comme le spécifie POSIX. Cela permet à un programme Set-UID (autre que root) d'abandonner tous ses privilèges, d'effectuer des tâches non privilégiées, et de retrouver son UID effectif de manière sécurisée.

Si l'utilisateur est le superutilisateur, ou si le programme est Set-UID root, des précautions particulières doivent être prises : setuid() vérifie l'UID effectif de l'appelant et si c'est le superutilisateur, tous les UID du processus sont mis à uid. Une fois cela effectué, il est impossible au programme de retrouver ses privilèges de superutilisateur.

Ainsi, un programme Set-UID root désireux d'abandonner temporairement ses privilèges, en prenant l'identité d'un utilisateur ordinaire, puis de récupérer ses privilèges par la suite ne doit pas utiliser setuid(). On peut accomplir cela en utilisant l'appel seteuid(2).

En cas de succès, zéro est renvoyé. En cas d'erreur, -1 est renvoyé et errno est définie pour préciser l'erreur.

Note : dans certains cas, setuid() peut échouer alors même que l'UID de l'appelant est 0 ; ne pas vérifier la valeur renvoyée par setuid() pour détecter un échec est une grave erreur qui compromet la sécurité du système.

L'appel voudrait changer l'identifiant (UID) réel de l'appelant (c'est-à-dire que uid ne correspond pas à l'UID réel de l'appelant), mais une erreur temporaire est survenue lors de l'allocation des structures de données du noyau nécessaires à l'opération.
uid ne correspond pas à l'UID réel de l'appelant et suite à cet appel, le nombre de processus appartenant à l'utilisateur dont l'identifiant réel est uid dépasserait la limite de ressources RLIMIT_NPROC de l'appelant. À partir de Linux 3.1, cette erreur ne peut plus se produire (néanmoins, les applications rigoureuses doivent vérifier que l'erreur ne s'est pas produite) ; consultez la description de EAGAIN dans execve(2).
L'identifiant utilisateur indiqué dans uid n'est pas valable dans cet espace de noms utilisateur.
L'utilisateur n'est pas privilégié (sous Linux : n'a pas la capacité CAP_SETUID dans son espace de noms utilisateur) et uid ne correspond ni à l'UID réel, ni au set-uid sauvé du processus appelant.

POSIX.1-2001, POSIX.1-2008, SVr4. Pas tout à fait compatible avec l'appel système BSD 4.4, qui positionne l'ensemble des ID réel, sauvé et effectif.

Linux dispose d'un concept d'UID de système de fichiers qui est normalement égal à l'UID effectif. L'appel setuid() définit également l'UID de système de fichiers du processus appelant. Consultez setfsuid(2).

Si l'uid est différent de l'ancien UID effectif, le processus ne pourra pas laisser d'image mémoire (core dump) sur le disque.

L'appel système setuid() original de Linux ne gérait que des identifiants d'utilisateur sur 16 bits. En conséquence, Linux 2.4 a ajouté setuid32() qui prend en charge des identifiants 32 bits. La fonction setuid() de la glibc qui l'encapsule gère de manière transparente ces différences entre noyaux.

Au niveau du noyau, les identifiants d'utilisateur et de groupe représentent un attribut par thread. Cependant, POSIX exige que tous les threads d'un processus partagent les mêmes droits. L'implémentation du threading de la NPTL satisfait aux exigences de POSIX à l'aide de fonctions d'enveloppe pour les différents appels système qui modifient des UID ou des GID de processus. Ces fonctions d'enveloppe (dont celles autour de setuid()) utilisent des techniques basées sur le signal pour s'assurer que lorsqu'un thread modifie les droits, tous les autres threads du processus le font également pour leur compte. Pour des détails, consultez nptl(7).

getuid(2), seteuid(2), setfsuid(2), setreuid(2), capabilities(7), credentials(7), user_namespaces(7)

Cette page fait partie de la publication 5.13 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

22 mars 2021 Linux