UTIMENSAT(2) Manuel du programmeur Linux UTIMENSAT(2)

utimensat, futimens - Modifier les horodatages d'un fichier avec une précision d'une nanoseconde

#include <fcntl.h>          /* Définition des constantes AT_* */
#include <sys/stat.h>
int utimensat(int dirfd, const char *pathname,
              const struct timespec times[2], int flags);
int futimens(int fd, const struct timespec times[2]);
Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

utimensat():


Depuis la glibc 2.10 :
_POSIX_C_SOURCE >= 200809L
Avant la glibc 2.10 :
_ATFILE_SOURCE

futimens():


Depuis la version 2.10 de la glibc :
_POSIX_C_SOURCE >= 200809L
Avant la version 2.10 de la glibc :
_GNU_SOURCE

utimensat() et futimens() mettent à jour les horodatages d'un fichier avec une précision d'une nanoseconde. Cela change de l'appel historique ou de utimes(2) qui permettent seulement une précision d'une seconde et d'une microseconde respectivement pour l'établissement des horodatages de fichier.

Avec utimensat(), le fichier est indiqué à l'aide du chemin fournit dans pathname. Avec futimens(), le fichier dont les horodatages doit être mis à jour est indiqué par un descripteur de fichier ouvert, fd.

Pour les deux appels, les nouveaux horodatages de fichier sont indiqués dans le tableau times[0] : times indique l'horodatage du dernier accès (atime) ; times[1] indique l'horodatage de la dernière modification (mtime). Chaque élément de times indique une date par un nombre de secondes et de nanosecondes depuis l'époque (1er janvier 1970 à 00:00:00 UTC). Cette information est transmise dans une structure de la forme suivante :


struct timespec {

time_t tv_sec; /* secondes */
long tv_nsec; /* nanosecondes */ };

Les horodatages de fichier mis à jour sont configurés à la valeur la plus importante gérée par le système de fichiers et qui n'est pas supérieure à l'horodatage fourni.

Si le champ tv_nsec d'une des structures timespec prend la valeur particulière UTIME_NOW, alors l'horodatage correspondant du fichier est défini à l'heure actuelle. Si le champ tv_nsec d'une des structures timespec prend la valeur particulière UTIME_OMIT, alors l'horodatage correspondant du fichier reste inchangé. Dans ces deux cas, la valeur du champ tv_sec est ignoré.

Si times est NULL, les deux horodatages sont définis à l'heure actuelle.

Pour définir les deux horodatages à l'heure actuelle (c'est-à-dire quand times vaut NULL ou que les deux champs tv_nsec valent UTIME_NOW), il faut :

1.
soit que l'utilisateur ait les droits d'écriture sur le fichier ;
2.
soit que l'identifiant effectif de l'appelant corresponde au propriétaire du fichier ;
3.
ou bien que le processus appelant ait les privilèges nécessaires.

Pour pouvoir effectuer d'autres changements que de définir les horodatage à l'heure actuelle (c'est-à-dire quand times n'est pas NULL et que ni le champ tv_nsec ne vaut UTIME_NOW, ni le champ tv_nsec ne vaut UTIME_OMIT), les conditions 2 ou 3 ci-dessus s'appliquent.

Si les deux champs tv_nsec valent UTIME_OMIT, aucune vérification n'est effectuée sur le propriétaire ou les permissions et les horodatages ne sont pas modifiés, mais les autres situations d'erreur sont toujours détectées.

Si le chemin donné dans pathname est relatif, il est par défaut interprété par rapport au répertoire référencé par le descripteur de fichier ouvert dirfd (plutôt que par rapport au répertoire courant du processus, comme pour utimes(2) pour les chemins relatifs). Consultez openat(2) pour avoir les raisons pour lesquelles cela peut être utile.

Si pathname est un chemin relatif et si dirfd a la valeur spéciale AT_FDCWD, alors pathname est interprété par rapport au répertoire courant du processus appelant, comme dans utimes(2).

Si pathname est absolu, alors dirfd est ignoré.

Le champ flags est un champ de bits qui peut être nul ou inclure les constantes suivantes, définies dans <fcntl.h> :

Si pathname indique un lien symbolique, alors mettre à jour l'horodatage du lien, plutôt que du fichier pointé.

S'ils réussissent, les appels utimensat() et futimens() renvoient zéro, sinon ils renvoient -1 et errno est défini pour indiquer l'erreur.

times vaut NULL ou les deux champs tv_nsec valent UTIME_NOW et l'identifiant de l'utilisateur effectif de l'appelant ne correspond pas au propriétaire du fichier, l'appelant n'a pas la permission d'écriture sur le fichier et l'appelant n'est pas privilégié (sous Linux : n'a ni la capacité CAP_FOWNER, ni la capacité CAP_DAC_OVERRIDE).
(futimens()) fd n'est pas un descripteur de fichier valable.
(utimensat()) pathname is relative but dirfd is neither AT_FDCWD nor a valid file descriptor.
times pointe vers une adresse incorrecte ; ou dirfd valait AT_FDCWD et pathname est NULL ou une adresse incorrecte.
Valeur incorrecte dans flags.
Valeur incorrecte dans un des champs tv_nsec (valeur en dehors de l'intervalle allant de 0 à 999 999 999 et ne valant ni UTIME_NOW ni UTIME_OMIT) ; ou une valeur incorrecte dans un des champs tv_sec.
pathname est NULL, dirfd ne vaut pas AT_FDCWD et flags contient AT_SYMLINK_NOFOLLOW.
(utimensat()) Trop de liens symboliques ont été rencontrés en parcourant pathname.
(utimensat()) pathname est trop long.
(utimensat()) Un élément du chemin d'accès pathname ne correspond pas à un répertoire ou à un fichier existant ou pathname est une chaîne vide.
(utimensat()) pathname est un chemin relatif, mais dirfd n'est ni AT_FDCWD, ni un descripteur de fichier correspondant à un répertoire ; ou l'un des composants au début de pathname n'est pas un répertoire.
L'appelant a essayé de modifier un horodatage (ou les deux) en une valeur autre que l'heure actuelle ou de modifier un des horodatages en l'heure actuelle et en ne changeant pas l'autre horodatage (c'est-à-dire times n'est pas NULL, aucun des deux champs tv_nsec ne vaut UTIME_NOW et aucun des deux champs tv_nsec ne vaut UTIME_OMIT) et :
  • l'identifiant d'utilisateur effectif de l'appelant ne correspond pas au propriétaire du fichier et l'appelant n'est pas privilégié (sous Linux : n'a pas la capacité CAP_FOWNER).
  • le fichier est marqué comme n'acceptant que des ajouts ou est immuable (voir chattr(1)).
Le fichier se trouve sur un système de fichiers en lecture seule.
(utimensat()) Un élément au début du chemin d'accès pathname ne permet pas le parcours.

utimensat() a été ajouté à Linux dans le noyau 2.6.22 ; la glibc le gère depuis la version 2.6.

La prise en charge de futimens() est apparu dans la glibc 2.6.

Pour une explication des termes utilisés dans cette section, consulter attributes(7).

Interface Attribut Valeur
utimensat(), futimens() Sécurité des threads MT-Safe

futimens() et utimensat() sont spécifiés dans POSIX.1-2008.

utimensat() rend futimesat(2) obsolète.

Sous Linux, les horodatages ne peuvent pas être modifiés pour un fichier marqué comme étant immuable, et la seule modification autorisée pour les fichiers n'autorisant que des ajouts est de définir les horodatages à l'heure actuelle. C'est cohérent avec le comportement historique de utime(2) et de utimes(2) sous Linux

Si les deux champs tv_nsec valent UTIME_OMIT, alors l'implémenation de utimensat() dans Linux réussit même si le fichier référencé par dirfd et pathname n'existe pas.

Sous Linux, futimens() est une fonction de bibliothèque implémentée à l'aide de l'appel système utimensat(). Pour cela, l'appel système utimensat() de Linux implémente une fonctionnalité non standard : si pathname est NULL, alors l'appel modifie les horodatages du fichier correspondant au descripteur de fichier dirfd (qui peut correspondre à n'importe quel type de fichier). En utilisant cette fonctionnalité, l'appel futimens(fd, times) est implémenté comme cela :


utimensat(fd, NULL, times, 0);

Notez néanmoins que l'enveloppe de la glibc pour utimensat() n'autorise pas le passage de NULL comme valeur de pathname : dans ce cas, la fonction d'enveloppe renvoie l'erreur EINVAL.

Plusieurs bogues affectent utimensat() et futimens() sur les noyaux antérieurs à 2.6.26. Ces bogues sont soit des non conformités avec le brouillon de la spécification POSIX.1, soit des incohérences avec le comportement historique de Linux.

  • POSIX.1 spécifie que si un des champs tv_nsec prend la valeur UTIME_NOW ou UTIME_OMIT, alors la valeur du champs tv_sec correspondant doit être ignorée. À la place, la valeur du champ tv_sec doit être nulle (ou une erreur EINVAL sera produite).
  • Ces bogues indiquent que pour ce qui est de la vérification des droits, le cas où les deux champs tv_nsec ne valent pas UTIME_NOW n'est pas toujours traité de la même façon que lorsque times est NULL, et le cas où une des valeurs tv_nsec vaut UTIME_NOW et l'autre vaut UTIME_OMIT n'est pas traité de la même façon que quand times pointe vers un tableau de structures contenant des valeurs de temps arbitraires. De ce fait, il se peut que : a) des horodatages de fichier puissent être mis à jour par un processus qui ne devrait pas avoir le droit de faire ces mises à jour ; b) des horodatages de fichier ne puissent pas être mis à jour par un processus qui devrait avoir le droit de faire ces mises à jour ; et c) la mauvaise valeur d'errno puisse être renvoyée en cas d'erreur.
  • POSIX.1 indique qu'un processus qui a les droits d'accès en écriture pour un fichier peut faire un appel avec times valant NULL ou avec times pointant vers un tableau de structures dans lesquelles les deux champs tv_nsec valent UTIME_NOW pour mettre à jour les deux horodatages à l'heure actuelle. Cependant, futimens() vérifie à la place si le mode d'accès du descripteur de fichier permet l'écriture.

chattr(1), touch(1), futimesat(2), openat(2), stat(2), utimes(2), futimes(3), inode(7), path_resolution(7), symlink(7)

Cette page fait partie de la publication 5.13 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Pierre Giraud <jean-pierregiraud@neuf.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

27 août 2021 Linux