SETFSGID(2) System Calls Manual SETFSGID(2)

setfsgid - Définir le GID pour les vérifications d'accès au système de fichiers

Bibliothèque C standard (libc, -lc)

#include <sys/fsuid.h>
int setfsgid(uid_t fsgid);

Sur Linux, un processus a à la fois un identifiant de groupe de système de fichiers et un identifiant de groupe effectif. L'identifiant de groupe de système de fichiers (spécifique à Linux) est utilisé pour la vérification des droits lors de l'accès aux systèmes de fichiers, alors que l'identifiant de groupe effectif est utilisé pour d'autres types de vérifications de droits (voir credentials(7)).

Normalement, la valeur de l'identifiant de groupe du système de fichiers du processus est la même que celle de l'identifiant de groupe effectif. C'est ainsi, car à chaque fois que l'identifiant de groupe effectif d'un processus change, le noyau passe l'identifiant de groupe du système de fichiers à la valeur de l'identifiant de groupe effectif. Un processus peut faire diverger ses identifiants de groupe de système de fichiers et effectif, en utilisant setfsgid() pour passer l'identifiant de groupe du système de fichiers à la valeur donnée dans fsgid.

setfsgid() ne réussira que si l'appelant est le superutilisateur ou si fsgid correspond au GID réel de l'appelant, à son GID effectif, à son GID sauvé, ou encore à la valeur de l'identifiant de l'utilisateur dans le système de fichiers au moment de l'appel.

En cas de succès comme en cas d'échec, l'appel renvoie la dernière valeur de l'identifiant du groupe (GID) de l'appelant dans le système de fichiers.

Cet appel système est présent sous Linux depuis la version 1.2.

setfsgid() est spécifique à Linux et ne devrait pas être employé dans des programmes destinés à être portables.

Le concept d'identifiant de groupe du système de fichiers et l'appel système setfsgid() ont été inventés pour des raisons historiques qui ne s'appliquent plus sur les noyaux Linux modernes. Consultez setfsuid(2) si vous souhaitez connaître les raisons pour lesquelles setfsuid(2) et setfsgid() ne sont désormais plus nécessaires.

L'appel système setfsgid() originel de Linux ne gérait que des identifiants de groupe sur 16 bits. En conséquence, Linux 2.4 a ajouté setfsgid32() qui prend en charge des identifiants 32 bits. La fonction setfsgid() de la glibc qui l'encapsule gère de manière transparente ces différences entre noyaux.

Dans la glibc 2.15 et les versions antérieures, lorsque l'enveloppe de cet appel système détermine qu'elle ne peut pas passer cet argument au noyau sans tronquer un entier (car le noyau est ancien et ne gère pas les identifiants de groupe 32 bits), elle renverra -1 et positionnera errno sur EINVAL sans essayer l'appel système.

Aucune indication concernant l'erreur n'est renvoyée à l'appelant et le fait que la même valeur soit retournée en cas de succès ou d'échec ne permet pas de savoir si l'appel a réussi ou échoué. Pour cela, l'appelant devra se référer à la valeur renvoyée par un appel ultérieur par exemple à setfsgid(-1) (qui échouera toujours). Cet appel permettra de savoir si un appel antérieur à setfsgid() a changé l'identifiant du groupe (GID) au niveau du système de fichiers. Au minimum, EPERM doit être renvoyé lorsque l'appel échoue (puisque l'appelant ne dispose pas des privilèges CAP_SETGID).

kill(2), setfsuid(2), capabilities(7), credentials(7)

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

9 octobre 2022 Pages du manuel de Linux 6.01