MOVE_PAGES(2) Manuel du programmeur Linux MOVE_PAGES(2)

move_pages - Déplacer des pages individuelles d'un processus sur un autre nœud

#include <numaif.h>
long move_pages(int pid, unsigned long count, void **pages,
                const int *nodes, int *status, int flags);

Effectuez l'édition des liens avec l'option -lnuma.

move_pages() déplace les pages indiquées du processus pid dans les nœuds de la mémoire indiqués par nodes. Le résultat du déplacement est reflété dans status. Les drapeaux flags indiquent des contraintes sur les pages à déplacer.

pid est l'identifiant du processus dans lequel les pages doivent être déplacées. Si pid est 0, move_pages() déplace des pages du processus appelant.

Déplacer des pages dans un autre processus exige les privilèges suivants :

  • Dans les noyaux inférieurs ou égaux à Linux 4.12 : l'appelant doit être privilégié (CAP_SYS_NICE) ou l'identifiant utilisateur réel ou effectif du processus appelant doit correspondre à l'identifiant utilisateur, réel ou d’ensemble enregistré, du processus cible.
  • Les anciennes règles autorisaient l'appelant à voir plusieurs choix d'adresse virtuelle effectués par le noyau, ce qui pouvait faire échouer la distribution aléatoire de l'espace d'adressage (ASLR) pour un processus appartenant au même identifiant utilisateur que l'appelant, ces règles ont été modifiées depuis Linux 4.13. Depuis Linux 4.13, ce droit est géré par une vérification du mode d'accès ptrace PTRACE_MODE_READ_REALCREDS vis-à-vis du processus cible ; voir ptrace(2).

count est le nombre de pages à déplacer. Il définit la taille des trois tableaux pages, nodes et status.

pages est un tableau de pointeurs vers des pages à déplacer. Ces pointeurs doivent être alignés sur des limites de pages. Les adresses sont indiquées comme elles sont vues par le processus indiqué par pid.

nodes est un tableau d'entiers qui indiquent les emplacements voulus pour chaque page. Chaque élément du tableau est un numéro de nœud. nodes peut aussi être NULL, auquel cas move_pages() ne déplace aucune page mais renvoie dans status le nœud où chaque page réside actuellement. Obtenir l'état de chaque page peut être nécessaire pour trouver les pages qui doivent être déplacées.

status est un tableau d'entiers qui renvoie l'état de chaque page. Le tableau ne contient des valeurs correctes que si move_pages() n'a pas renvoyé d'erreur. La pré-initialisation du tableau sur une valeur qui ne peut pas représenter un inœud NUMA réel ou une erreur valable de tableau d'état pourraient aider à identifier les pages ayant été migrées.

flags indique quels types de page déplacer. MPOL_MF_MOVE signifie que seules les pages qui ne peuvent être utilisées qu'exclusivement par le processus sont à déplacer. MPOL_MF_MOVE_ALL signifie que les pages partagées entre plusieurs processus peuvent aussi être déplacées. Le processus doit être privilégié (CAP_SYS_NICE) pour utiliser MPOL_MF_MOVE_ALL.

Les valeurs suivantes peuvent être renvoyées dans chaque élément du tableau status.
0..MAX_NUMNODES
Indication du nœud sur lequel la page réside.
-EACCES
La page est projetée par plusieurs processus et ne peut être déplacée que si MPOL_MF_MOVE_ALL est utilisé.
-EBUSY
La page est actuellement occupée et ne peut être déplacée. Essayez plus tard. Cela arrive si la page est utilisée pour des entrées/sorties ou si une autre partie du noyau conserve une référence sur la page.
-EFAULT
C'est la page de base (page zéro) ou la zone mémoire n'est pas projetée par le processus.
-EIO
Impossible de réécrire dans la mémoire une page. La page doit être réécrite pour la déplacer puisque la page est modifiée (dirty) et que le système de fichiers ne fournit pas de fonction de migration qui permettrait le déplacement de pages modifiées (dirty).
-EINVAL
Une page modifiée (dirty) ne peut pas être déplacée. Le système de fichiers ne fournit pas de fonction de déplacement et n'a pas la possibilité de réécrire la page en mémoire .
-ENOENT
La page n'est pas présente.
-ENOMEM
Impossible d'allouer de la mémoire sur le nœud cible.

S'il réussit, move_pages() renvoie zéro. En cas d'erreur, il renvoie -1 et remplit errno pour indiquer l'erreur. Si une valeur positive est renvoyée, il s'agit du nombre de pages non migrées.

Valeur positive
Le nombre de pages non migrées si elles ne provenaient pas de raisons non fatales (depuis Linux 4.17). E2BIG Trop de pages à déplacer. Depuis Linux 2.6.29, le noyau ne génère plus cette erreur.
EACCES
Un des nœuds cible n'est pas autorisé dans l'ensemble de processeurs en cours.
EFAULT
Impossible d'accéder à un tableau en paramètre.
EINVAL
Un drapeau autre que MPOL_MF_MOVE ou MPOL_MF_MOVE_ALL a été indiqué ou on a essayé de déplacer des pages d'un thread noyau.
ENODEV
Un des nœuds cibles n'est pas connecté.
EPERM
L'appelant a indiqué MPOL_MF_MOVE_ALL sans les privilèges suffisants (CAP_SYS_NICE). Ou bien l'appelant a essayé de déplacer des pages d'un processus appartenant à un autre utilisateur mais n'était pas autorisé à le faire (CAP_SYS_NICE).
ESRCH
Le processus n'existe pas.

move_pages() est apparu pour la première fois sous Linux avec le noyau 2.6.18.

Cet appel système est spécifique à Linux.

Pour des informations sur la prise en charge des bibliothèques, consultez numa(7).

Utilisez get_mempolicy(2) avec le drapeau MPOL_F_MEMS_ALLOWED pour obtenir l'ensemble des nœuds autorisés par l'ensemble de processeurs courant. Notez que cette information peut changer à tout instant du fait d'une reconfiguration manuelle ou automatique de l'ensemble de processeurs.

L'utilisation de cette fonction peut aboutir à des pages dont l'emplacement (le nœud) viole la politique mémoire établie pour les adresses indiquées (voir mbind(2)) ou pour le processus indiqué (consultez set_mempolicy(2)). En d'autres termes, la politique mémoire ne restreint pas les nœuds de destination utilisés par move_pages().

L'en-tête <numaif.h> n'est pas inclus dans la glibc, mais nécessite l'installation de libnuma-devel (ce nom peut varier suivant les distributions).

get_mempolicy(2), mbind(2), set_mempolicy(2), numa(3), numa_maps(5), cpuset(7), numa(7), migratepages(8), numastat(8)

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

9 juin 2020 Linux