MODIFY_LDT(2) Manuel du programmeur Linux MODIFY_LDT(2)

modify_ldt - Lire/écrire une entrée de LDT par processus

#include <asm/ldt.h>         /* Definition of struct user_desc */
#include <sys/syscall.h>     /* Definition of SYS_* constants */
#include <unistd.h>
int syscall(SYS_modify_ldt, int func, void *ptr,
            unsigned long bytecount);

Note: glibc provides no wrapper for modify_ldt(), necessitating the use of syscall(2).

modify_ldt() lit ou écrit la table des descripteurs locaux (Local Descriptor Table – Table Locale des Descripteurs) du processus. La LDT est une table de descripteurs de segments auxquels peut se référer le code utilisateur. Linux permet aux processus de configurer une LDT par processus (par mm). Pour plus d'informations sur la LDT, voir le manuel du développeur d'Intel ou le manuel de programmation de l'architecture AMD.

Quand func vaut 0, modify_ldt() lit la LDT dans la mémoire vers laquelle pointe ptr. Le nombre d'octets lus est le minimum entre bytecount et la vraie taille de la LDT, bien que le noyau puisse agir comme si la LDT était complétée par des octets zéro supplémentaires. En cas de succès, modify_ldt() renverra le nombre d'octets lus.

Quand func vaut 1 ou 0x11, modify_ldt() modifie l’entrée de la LDT indiquée par ptr->entry_number. ptr pointe sur une structure user_desc et bytecount doit être égal à la taille de cette structure.

La structure user_desc est déclarée dans <asm/ldt.h> comme suit :


struct user_desc {

unsigned int entry_number;
unsigned int base_addr;
unsigned int limit;
unsigned int seg_32bit:1;
unsigned int contents:2;
unsigned int read_exec_only:1;
unsigned int limit_in_pages:1;
unsigned int seg_not_present:1;
unsigned int useable:1; };

Sous Linux 2.4 et les versions précédentes, cette structure s'appelait modify_ldt_ldt_s.

Le champ contents est le type de segment (données, données allongées, code non conforme ou code conforme). Les autres champs correspondent à leur description dans le manuel du processeur, bien que modify_ldt() ne puisse pas positionner le bit « access » défini par le matériel et décrit dans le manuel du processeur.

Une structure user_desc est considérée comme « empty » si read_exec_only et seg_not_present sont positionnés sur 1 et tous les autres champs valent 0. Une entrée de LDT peut être effacée en la positionnant sur une structure user_desc « empty » ou, si func vaut 1, en positionnant à la fois base et limit sur 0.

Un segment de code conforme (c'est-à-dire avec contents==3) sera rejeté si func vaut 1 ou si seg_not_present vaut 0.

Quand func vaut 2, modify_ldt() lira des zéros. Cela semble être un reliquat de Linux 2.4.

S'il réussit modify_ldt() renvoie soit le nombre d'octets lus soit 0 (écriture). En cas d'échec -1 est renvoyé et errno contient le code d'erreur.

ptr pointe en dehors de l'espace d'adressage accessible.
ptr vaut 0 ou func vaut 1 et bytecount n'est pas égal à la taille de la structure user_desc, ou bien func vaut 1 ou 0x11 et la nouvelle entrée de la LDT a des valeurs illégales.
func ne vaut ni 0, ni 1, ni 2, ni 0x11.

Cet appel système est spécifique à Linux et ne doit pas être employé dans des programmes destinés à être portables.

modify_ldt() ne doit pas être utilisé pour une mémoire locale de thread, car il ralentit les changements de contexte et ne prend en charge qu'un nombre limité de threads. Les bibliothèques de segmentation de processus (threading)) devraient plutôt utiliser set_thread_area(2) ou arch_prctl(2), sauf sur des noyaux très anciens qui ne gèrent pas ces appels système.

L'utilisation normale de modify_ldt() est d'exécuter du code 16 bits basique ou 32 bits segmenté. Cependant, tous les noyaux ne permettent pas à des segments 16 bits d'être installés.

Même sur les noyaux 64 bits, modify_ldt() ne peut pas être utilisé pour créer un segment de code en mode long (c'est-à-dire 64 bits). Le champ « lm » non documenté dans user_desc n'est pas utile et, malgré son nom, n'aboutit pas à un segment en mode long.

Sur les noyaux 64 bits antérieurs à Linux 3.19, le positionnement du bit « lm » dans user_desc empêche le descripteur d'être considéré comme vide. Garder en tête que le bit « lm » n'existe pas dans les en-têtes 32 bits mais ces noyaux bogués verront encore ce bit même s'il est positionné dans un processus 32 bits.

arch_prctl(2), set_thread_area(2), vm86(2)

Cette page fait partie de la publication 5.13 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

22 mars 2021 Linux