LINK(2) Manuel du programmeur Linux LINK(2)

link, linkat - Créer un nouveau nom pour un fichier

#include <unistd.h>
int link(const char *oldpath, const char *newpath);
#include <fcntl.h>           /* Définition des constantes AT_* */
#include <unistd.h>
int linkat(int olddirfd, const char *oldpath,
           int newdirfd, const char *newpath, int flags);
Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consulter feature_test_macros(7)) :

linkat() :

Since glibc 2.10:
    _POSIX_C_SOURCE >= 200809L
Before glibc 2.10:
    _ATFILE_SOURCE

link() crée un nouveau lien (aussi appelé lien matériel ou hard link) sur un fichier existant.

Si newpath existe, il ne sera pas écrasé.

Ce nouveau nom pourra être utilisé exactement comme l'ancien quelle que soit l'opération. Les deux noms réfèrent au même fichier (et ont donc les mêmes permissions et propriétaire) et il est impossible de déterminer quel nom était l'original.

L'appel système linkat() fonctionne exactement comme link(), les seules différences étant celles décrites ici.

Si le chemin donné dans oldpath est relatif, il est interprété par rapport au répertoire référencé par le descripteur de fichier olddirfd (plutôt que par rapport au répertoire courant du processus appelant, comme dans link() pour un chemin relatif).

Si oldpath est relatif et olddirfd a la valeur spéciale AT_FDCWD, oldpath est interprété relativement au répertoire courant du processus appelant, (comme link()).

Si oldpath est un chemin absolu, olddirfd est ignoré.

L'interprétation de newpath est identique à celle de oldpath, excepté qu'un chemin relatif est interprété par rapport au répertoire correspondant à newdirfd.

Les valeurs suivantes peuvent être combinées avec un opérateur OU bit à bit dans le paramètre flags :

AT_EMPTY_PATH (depuis Linux 2.6.39)
Si oldpath est une chaîne vide, créer un lien vers le fichier référencé par olddirfd (qui peut avoir été obtenu en utilisant open(2) avec l'attribut O_PATH). Dans ce cas, olddirfd peut faire référence à n'importe quel type de fichier à l’exception d’un répertoire. Cette opération ne fonctionne généralement pas si le nombre de liens du fichier est égal à zéro (les fichiers créés par O_TMPFILE sans O_EXCL constituent une exception). L'appelant doit disposer de la capacité CAP_DAC_READ_SEARCH pour pouvoir utiliser cet attribut. Cet attribut est propre à Linux, et _GNU_SOURCE doit être initialisé pour obtenir sa définition.
AT_SYMLINK_FOLLOW (depuis Linux 2.6.18)
Par défaut, linkat() ne déréférence pas oldpath si c'est un lien symbolique (de même que link()). L'attribut AT_SYMLINK_FOLLOW peut être passé dans flags pour forcer le déréférencement de oldpath si c'est un lien symbolique. Si procfs est monté, cet attribut offre une alternative à AT_EMPTY_PATH si on l'utilise de la façon suivante :

linkat(AT_FDCWD, "/proc/self/fd/<fd>", newdirfd,
       newname, AT_SYMLINK_FOLLOW);


Avant le noyau 2.6.18, l'argument flags n'était pas utilisé, et devait être nul.

Consultez openat(2) pour une explication de la nécessité de linkat().

On success, zero is returned. On error, -1 is returned, and errno is set to indicate the error.

EACCES
L'écriture dans le répertoire contenant newpath n'est pas autorisée, ou l'un des répertoires ne permet pas le parcours (exécution) dans le chemin d’accès de oldpath ou newpath. Consultez aussi path_resolution(7).
EDQUOT
Le quota de blocs de disque de l'utilisateur sur le système de fichiers a été atteint.
EEXIST
newpath existe déjà.
EFAULT
oldpath ou newpath pointent en dehors de l'espace d'adressage accessible.
EIO
Une erreur d'entrée-sortie s'est produite.
ELOOP
Trop de liens symboliques ont été rencontrés en parcourant oldpath ou newpath.
EMLINK
Le fichier auquel renvoie oldpath a déjà atteint le nombre maximal de liens vers lui. Par exemple, sur un système de fichiers ext4(5) qui n'utilise pas la fonctionnalité dir_index, la limite du nombre de liens matériels vers un fichier est de 65 000 ; sur btrfs(5), la limite est de 65 535.
ENAMETOOLONG
oldpath ou newpath est trop long.
ENOENT
Un répertoire contenu dans oldpath ou newpath n'existe pas, ou est un lien symbolique pointant nulle part.
ENOMEM
La mémoire disponible du noyau n'était pas suffisante.
ENOSPC
Le périphérique contenant le fichier n'a pas de place pour une nouvelle entrée de répertoire.
ENOTDIR
Un élément utilisé comme répertoire dans oldpath ou newpath n'est pas réellement un répertoire.
EPERM
oldpath est un répertoire.
EPERM
Le système de fichiers contenant oldpath et newpath ne permet pas la création de liens matériels.
EPERM (depuis Linux 3.6)
L'appelant n'a pas le droit pour créer un lien matériel vers ce fichier (consultez la description de /proc/sys/fs/protected_hardlinks dans proc(5)).
EPERM
oldpath est marqué comme immuable ou seulement complétable (voir ioctl_iflags(2)).
EROFS
Le fichier se trouve sur un système de fichiers en lecture seule.
EXDEV
oldpath et newpath ne résident pas sur le même système de fichiers. (Linux permet de monter un système de fichiers à différents endroits, mais link() ne fonctionne à travers différents points de montage, même si le même système de fichiers y est monté.

Les erreurs supplémentaires suivantes peuvent également se produire pour linkat() :

EBADF
olddirfd ou newdirfd n'est pas un descripteur de fichier valable.
EINVAL
flags contient un drapeau non valable.
ENOENT
AT_EMPTY_PATH est indiqué dans flags mais l'appelant n'a pas la capacité CAP_DAC_READ_SEARCH.
ENOENT
Une tentative de lier vers le fichier /proc/self/fd/NN correspondant à un descripteur de fichier créé avec

open(path, O_TMPFILE | O_EXCL, mode);


Consultez open(2).
ENOENT
Il y a eu une tentative de lien vers le fichier /proc/self/fd/NN correspondant à un fichier qui a été effacé.
ENOENT
oldpath est un chemin relatif et olddirfd fait référence à un répertoire qui a été supprimé, ou bien newpath est un chemin relatif et newdirfd fait référence à un répertoire qui a été supprimé.
ENOTDIR
oldpath est un chemin relatif, et olddirfd est un descripteur de fichier ne référençant pas un répertoire ; ou bien c'est le cas pour newpath et newdirfd.
EPERM
AT_EMPTY_PATH a été précisé dans flags, oldpath est une chaîne vide, et olddirfd fait référence à un répertoire.

linkat() a été ajouté au noyau Linux dans sa version 2.6.16 ; la glibc le gère depuis la version 2.4.

link() : SVr4, 4.3BSD, POSIX.1-2001 (mais consultez la section NOTES), POSIX.1-2008.

linkat() : POSIX.1-2008.

Les liens matériels créés par link(), ne peuvent pas s'étendre sur plusieurs systèmes de fichiers. Utilisez plutôt symlink(2) si cela est nécessaire.

Selon POSIX.1-2001, link() devrait déréférencer oldpath s'il s'agit d'un lien symbolique. Cependant, depuis le noyau 2.0, Linux ne se comporte pas comme cela : si oldpath est un lien symbolique, alors newpath est créé comme un lien (matériel) vers le même fichier de lien symbolique (c'est-à-dire que newpath devient un lien symbolique vers le fichier sur lequel pointe oldpath). Certaines autres implémentations ont le même comportement que Linux. POSIX.1-2008 change la spécification de link(), en rendant dépendant de l'implémentation le fait que oldpath soit déréférencé s'il s'agit d'un lien symbolique. Pour un contrôle précis sur le traitement des liens symboliques lors de la création d'un lien, utilisez linkat().

Sur les anciens noyaux où linkat() n'est pas disponible, la fonction enveloppe de la glibc se rabat sur l'utilisation de link(), sauf si AT_SYMLINK_FOLLOW est indiqué. Quand oldpath et newpath sont des chemins relatifs, la glibc construit des chemins à partir des liens symboliques dans /proc/self/fd correspondant aux paramètres olddirfd et newdirfd.

Sur les systèmes de fichiers NFS, le code de retour peut être faux si le serveur NFS a créé correctement le lien mais s'est arrêté avant de donner le code de retour. Utiliser dans ce cas stat(2) pour vérifier si le lien a été effectivement créé.

ln(1), open(2), rename(2), stat(2), symlink(2), unlink(2), path_resolution(7), symlink(7)

Cette page fait partie de la publication 5.11 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

22 mars 2021 Linux