KEXEC_LOAD(2) Manuel du programmeur Linux KEXEC_LOAD(2)

kexec_load, kexec_file_load - Charger un nouveau noyau pour une exécution ultérieure

#include <linux/kexec.h>
long kexec_load(unsigned long entry, unsigned long nr_segments,
                struct kexec_segment *segments, unsigned long flags);
long kexec_file_load(int kernel_fd, int initrd_fd,
                    unsigned long cmdline_len, const char *cmdline,
                    unsigned long flags);

Remarque : il n'existe pas de fonctions glibc autour de ces appels système ; consultez NOTES.

L'appel système kexec_load() charge un nouveau noyau qui peut être exécuté plus tard avec un reboot(2).

Le paramètre flags est un masque de bits qui contrôle l'opération de l'appel. Les valeurs suivantes peuvent être spécifiées dans flags :

KEXEC_ON_CRASH (depuis Linux 2.6.13)
Lancer automatiquement le nouveau noyau lors d'un plantage du système. Ce « crash kernel » est chargé dans une zone de la mémoire réservée définie au moment de l'amorçage en utilisant le paramètre crashkernel de la ligne de commande du noyau. L'emplacement de cette mémoire réservée est envoyé à l'espace utilisateur avec le fichier /proc/iomem, dans une entrée « Crash kernel ». Une application de l'espace utilisateur peut analyser ce fichier et préparer une liste de segments (voir ci-dessous) indiquant cette mémoire réservée en tant que cible. Si ce paramètre est indiqué, le noyau vérifie que les segments cibles indiqués dans segments tombent dans la région réservée.
KEXEC_PRESERVE_CONTEXT (depuis Linux 2.6.27)
Préserver le matériel système et les états logiciels avant d'exécuter le nouveau noyau. Cela pourrait être utilisé pour la mise en veille prolongée du système. Cet attribut n'est disponible que si le noyau a été configuré avec CONFIG_KEXEC_JUMP, et n'est effectif que si nr_segments est strictement positif.

Les bits de poids fort (correspondant au masque 0xffff0000) de flags contiennent l'architecture du noyau qui est en attente d'exécution. Indiquez la constante KEXEC_ARCH_DEFAULT pour utiliser l'architecture actuelle, ou une ou plusieurs (en utilisant l'opérateur OU) des constantes d'architecture suivantes : KEXEC_ARCH_386, KEXEC_ARCH_68K, KEXEC_ARCH_X86_64, KEXEC_ARCH_PPC, KEXEC_ARCH_PPC64, KEXEC_ARCH_IA_64, KEXEC_ARCH_ARM, KEXEC_ARCH_S390, KEXEC_ARCH_SH, KEXEC_ARCH_MIPS et KEXEC_ARCH_MIPS_LE. L'architecture doit pouvoir être exécutée sur le processeur du système.

Le paramètre entry est l'adresse du point d'entrée physique dans l'image noyau. Le paramètre nr_segments est le nombre de segments vers lesquels pointe le pointeur segments ; le noyau impose une limite (arbitraire) de 16 quant au nombre de segments. Le paramètre segments est un tableau de kexec_segment structures qui définissent la disposition du noyau :


struct kexec_segment {
    void   *buf;        /* Tampon dans l'espace utilisateur */
    size_t  bufsz;      /* Taille du tampon */
    void   *mem;        /* Adresse physique du noyau */
    size_t  memsz;      /* Taille de l'adresse physique */
};

L'image noyau définie par segments est copiée du processus appelant dans le noyau, dans la mémoire normale ou réservée (si KEXEC_ON_CRASH est positionné). Le noyau effectue d'abord divers tests de validité des informations passées à segments. Si ces tests réussissent, il copie les données du segment dans la mémoire du noyau. Chaque segment indiqué dans segments est copié comme suit :

  • buf et bufsz identifient une région de la mémoire dans l'espace d'adressage virtuel de l'appelant qui est la source de la copie. La valeur de bufsz ne peut pas excéder celle du champ memsz.
  • mem et memsz indiquent une plage d'adresses physiques cible de la copie. Les valeurs indiquées dans les deux champs doivent être des multiples de la taille de page du système.
  • bufsz octets sont copiés du tampon source vers le tampon du noyau cible. Si bufsz est inférieur à memsz, les octets excédentaires dans le tampon du noyau sont remplis de zéros.

En cas de kexec normal (c'est-à-dire si l'attribut KEXEC_ON_CRASH n'est pas positionné), les données du segment sont chargées dans n'importe quelle mémoire disponible et déplacées vers leur destination finale lors du redémarrage de kexec (par exemple quand la commande kexec(8) est exécutée avec l'option -e).

En cas de kexec problématique (panic) (c'est-à-dire que l'attribut KEXEC_ON_CRASH est positionné), les données du segment sont chargées dans la mémoire réservée au moment de l'appel et, après un plantage, le mécanisme kexec donne simplement le contrôle à ce noyau.

L'appel système kexec_load() n'est disponible que si le noyau a été configuré avec CONFIG_KEXEC.

L'appel système kexec_file_load() est équivalent à kexec_load(), mais il prend un autre ensemble de paramètres. Il lit le noyau à charger à partir du fichier auquel renvoie le descripteur de fichier kernel_fd et l'initrd (« initial RAM disk ») à charger à partir du fichier auquel renvoie le descripteur de fichier initrd_fd. Le paramètre cmdline est un pointeur vers un tampon contenant la ligne de commande du nouveau noyau. Le paramètre cmdline_len indique la taille du tampon. Le dernier octet du tampon doit être un octet NULL ('\0').

Le paramètre flags est un masque de bits qui modifie le comportement de l'appel. Les valeurs suivantes peuvent être spécifiées dans flags :

KEXEC_FILE_UNLOAD
Décharger le noyau actuellement chargé.
KEXEC_FILE_ON_CRASH
Charger le nouveau noyau dans la région de mémoire réservée au plantage de noyau (comme pour KEXEC_ON_CRASH). Ce noyau est démarré si le noyau en cours d'exécution plante.
KEXEC_FILE_NO_INITRAMFS
Le chargement de initrd/initramfs est facultatif. Indiquez cet attribut si aucun initramfs ne doit être chargé. Si cet attribut est positionné, la valeur passée à initrd_fd est ignorée.

L'appel système kexec_file_load() a été ajouté pour prendre en charge les systèmes où le chargement de « kexec » doit être restreint aux noyaux signés. Cet appel système n'est disponible que si le noyau a été configuré avec CONFIG_KEXEC_FILE.

S'ils réussissent, ces appels système renvoient 0. En cas d'erreur, ils renvoient -1 et remplissent errno avec l'erreur.

EADDRNOTAVAIL
L'attribut KEXEC_ON_CRASH était indiqué mais la région indiquée par les champs mem et memsz d'une des entrées de segments va au-delà de la mémoire réservée au plantage de noyau.
EADDRNOTAVAIL
La valeur du champ mem ou memsz dans une des entrées de segments n'est pas un multiple de la taille de page du système.
EBADF
kernel_fd ou initrd_fd n'est pas un descripteur de fichier valable.
EBUSY
Un autre plantage du noyau est déjà chargé, ou un plantage du noyau est déjà utilisé.
EINVAL
flags n'est pas valable.
EINVAL
La valeur du champ bufsz dans une des entrées de segments dépasse la valeur du champ memsz correspondant.
EINVAL
nr_segments dépasse KEXEC_SEGMENT_MAX (16).
EINVAL
Deux ou plusieurs tampons cibles du noyau se chevauchent.
EINVAL
La valeur de cmdline[cmdline_len-1] n'est pas '\0'.
EINVAL
Le fichier auquel renvoie kernel_fd ou initrd_fd est vide (de longueur zéro).
ENOEXEC
kernel_fd ne renvoie pas à un fichier ouvert ou le noyau ne peut pas charger ce fichier. Actuellement, le fichier doit être une bzImage et contenir un noyau x86 chargeable dans 4 Gio de mémoire (voir le fichier Documentation/x86/boot.txt des sources du noyau).
ENOMEM
La mémoire n’a pu être allouée.
EPERM
L'appelant n'a pas la capacité CAP_SYS_BOOT.

L'appel système kexec_load() est apparu dans Linux 2.6.13. L'appel système kexec_file_load() est apparu dans Linux 3.17.

Ces appels système sont spécifiques à Linux.

Actuellement, il n'y a pas de prise en charge de ces appels système dans la glibc. Il faut les appeler avec syscall(2).

reboot(2), syscall(2), kexec(8)

Les fichiers Documentation/kdump/kdump.txt et Documentation/admin-guide/kernel-parameters.txt des sources du noyau.

Cette page fait partie de la publication 5.08 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à <debian-l10n-french@lists.debian.org>.

6 mars 2019 Linux