PO4A-GETTEXTIZE.1P(1) User Contributed Perl Documentation PO4A-GETTEXTIZE.1P(1)

po4a-gettextize - Convertir un fichier original (et sa traduction) en fichier PO

po4a-gettextize -f fmt -m chapi.doc -l XX.doc -p XX.po

(XX.po est le fichier de sortie, tous les autres sont des entrées)

po4a (PO pour tout - PO for anything) facilite la maintenance de la traduction de la documentation en utilisant les outils gettext classiques. La principale caractéristique de po4a est qu'il découple la traduction du contenu de la structure du document. Référez-vous à la page po4a(7) pour une introduction en douceur à ce projet.

Le script po4a-gettextize vous aide à porter vos traductions existantes vers un flux de travail basé sur po4a. Cette opération ne doit être effectuée qu'une seule fois pour sauver une traduction existante lors de la conversion à po4a, et non de manière régulière après la conversion de votre projet. Ce processus fastidieux est expliqué en détail dans la section « Conversion d'une traduction manuelle à po4a » ci-dessous.

Vous devez fournir à la fois un fichier d'origine (par exemple, la source en anglais) et un fichier traduit existant (par exemple, une tentative de traduction précédente sans po4a). Si vous fournissez plus d'un fichier d'origine ou de traduction, ils seront utilisés en séquence, mais il peut être plus facile de gettextiser chaque page ou chapitre séparément, puis d'utiliser msgmerge pour fusionner tous les fichiers PO produits. Comme vous le souhaitez.

Si le document d'origine contient des caractères non ASCII, le nouveau fichier PO généré sera en UTF-8 (si ce n’est pas déjà le cas). Si le document d'origine ne contient que des caractères ASCII, le fichier PO généré utilisera l’encodage du document traduit donné en entrée.

Type de format de la documentation que vous souhaitez traiter. Utilisez l’option --help-format pour afficher la liste des formats disponibles.
Fichier contenant le document d'origine à traduire. Vous pouvez utiliser cette option plusieurs fois si vous voulez gettextiser plusieurs documents.
Jeu de caractères du fichier contenant les documents à traduire.
Fichier contenant le document traduit. Si vous fournissez plusieurs fichiers d'origine, vous voudrez sûrement fournir également plusieurs documents traduits en utilisant cette option plusieurs fois.
Jeu de caractères du fichier contenant le document traduit.
Fichier où le catalogue de messages sera écrit. S’il n’est pas spécifié, le catalogue de messages sera écrit sur la sortie standard.
Passe une ou des options supplémentaires au greffon de format. Référez-vous à la documentation de chaque greffon pour la liste des options valides et leurs significations. Par exemple, vous pourriez passer « -o tablecells » à l'analyseur AsciiDoc, tandis que l'analyseur de texte accepterait « -o tabs=split ».
Affiche un message d’aide.
Énumère les formats de documentations connus de po4a.
Conservez les fichiers POT d'origine et localisés temporaires générés avant la fusion. Cela peut être utile pour comprendre pourquoi ces fichiers sont désynchronisés, conduisant à des problèmes de gettextisation
Affiche la version du script et quitte.
Rend le programme plus bavard.
Affiche quelques informations de débogage.
Fixe l’adresse à laquelle les bogues des msgid doivent être envoyés. Par défaut, les fichiers POT créés n’ont pas de champ Report-Msgid-Bugs-To.
Fixe le détenteur du copyright dans l’en-tête du fichier POT. La valeur par défaut est « Free Software Foundation, Inc. ».
Fixe le nom du paquet pour l’en-tête du fichier POT. La valeur par défaut est « PACKAGE ».
Fixe la version du paquet pour l’en-tête du fichier POT. La valeur par défaut est « VERSION ».

po4a-gettextize synchronise les fichiers d'origine et localisé pour extraire leur contenu dans un fichier PO. Le contenu du fichier d'origine donne le msgid tandis que le contenu du fichier localisé donne le msgstr. Ce processus est quelque peu fragile : la Nième chaîne du fichier traduit est censée être la traduction de la Nième chaîne de l'original.

La gettextisation fonctionne mieux si vous parvenez à récupérer la version exacte du document original utilisée pour la traduction. Même dans ce cas, il se peut que vous deviez manipuler les fichiers d'origine et localisé pour aligner leurs structures si elles ont été désynchronisées par les équipes de traduction d'origine. Il est donc conseillé de travailler sur des copies des fichiers.

En interne, chaque analyseur po4a rapporte le type syntaxique de chaque chaîne extraite. C’est ainsi que les désynchronisations sont détectées durant la transformation en gettext. Dans l'exemple illustré ci-dessous, il y a très peu de chance pour que la quatrième chaîne de la traduction (de type « chapitre ») soit la traduction de la quatrième chaîne du document original (de type « paragraphe »). Il est plus probable qu’un nouveau paragraphe ait été ajouté à l’original, ou que deux paragraphes originaux aient été fusionnés en un seul dans la traduction.

  Original         Traduction
chapitre            chapitre
  paragraphe          paragraphe
  paragraphe          paragraphe
  paragraphe        chapitre
chapitre              paragraphe
  paragraphe          paragraphe

po4a-gettextize diagnostiquera de manière verbeuse toute désynchronisation de structure. Lorsque cela se produit, vous devez manuellement modifier les fichiers pour ajouter de faux paragraphes ou supprimer du contenu ici et là jusqu'à ce que la structure des deux fichiers corresponde réellement. Quelques astuces sont données ci-dessous pour sauver le maximum de la traduction existante par ces moyens.

Si vous avez assez de chance pour avoir une correspondance parfaite dans les structures de fichiers prête à l’emploi, générer un fichier PO correct est une affaire de secondes. Dans le cas contraire, vous comprendrez vite pourquoi ce processus porte un nom si affreux :) Malgré cela, la gettextisation reste souvent plus rapide que de tout retraduire. J'ai gettextisé la traduction française de toute la documentation Perl en une journée malgré les nombreux problèmes de synchronisation. Vu la quantité de texte (2Mo de texte original), recommencer la traduction sans avoir au préalable récupéré les anciennes traductions aurait nécessité plusieurs mois de travail. De plus, ce travail fastidieux est le prix à payer pour bénéficier du confort de po4a. Une fois converti, la synchronisation entre les documents d'origine et les traductions sera toujours entièrement automatique.

Après une gettextisation réussie, les documents produits doivent être vérifiés manuellement pour détecter les disparités non détectées et les erreurs silencieuses, comme expliqué ci-dessous.

Trucs et astuces pour le processus de «gettextisation»

La gettextisation s'arrête dès qu'une désynchronisation est détectée. Lorsque cela se produit, vous devez modifier les fichiers autant que nécessaire pour réaligner les structures des fichiers. po4a-gettextize est plutôt verbeux lorsque les choses se passent mal. Il signale les chaînes de caractères qui ne correspondent pas, leur position dans le texte et le type de chacune d'entre elles. De plus, le fichier PO généré jusqu'à présent est sauvegardé sous gettextization.failed.po pour une inspection plus approfondie.

Voici quelques astuces pour vous aider dans ce processus fastidieux et vous assurer de récupérer le maximum de la traduction précédente :

  • Supprimez tout le contenu superflu des traductions, comme la section mentionnant les équipes de traduction. Ils doivent être ajoutés séparément en tant qu'addendas (voir po4a(7)).
  • Lorsque vous éditez les fichiers pour aligner leurs structures, préférez si possible éditer la traduction. En effet, si les modifications de l'original sont trop intrusives, l'ancienne et la nouvelle version ne seront pas appariées lors de la première exécution de po4a après la gettextisation (voir ci-dessous). Toute traduction non appariée sera de toute façon abandonnée. Ceci étant dit, vous pouvez toujours éditer le document original s'il est trop difficile d'obtenir la gettextisation autrement, même si cela signifie qu'un paragraphe de la traduction est abandonné. L'important est d'obtenir un premier fichier PO pour commencer.
  • N'hésitez pas à supprimer tout contenu original qui n'existe pas dans la version traduite. Ce contenu sera automatiquement réintroduit par la suite, lors de la synchronisation du fichier PO avec le document.
  • Vous devriez probablement informer l’auteur original de toute modification structurelle dans la traduction qui semble nécessaire. Les problèmes du document originel doivent être signalés à l’auteur. Faire la correction dans votre traduction n’en fait bénéficier qu’une partie de la communauté. Et de plus, c’est impossible avec po4a ;) Mais vous voudrez probablement attendre la fin de la conversion vers po4a avant de modifier les fichiers originaux.
  • Parfois, le contenu des paragraphes correspond, mais pas leur type. Corriger cela dépend du format. Pour les formats POD et man, cela provient souvent du fait qu’un des deux contient une ligne commençant par des espaces et pas l’autre. Pour ces formats, cela signifie que ce paragraphe ne doit pas être reformaté, il a donc un type différent. Retirez simplement les espaces et vous serez tranquille. Il se peut aussi qu’il s’agisse d’une petite erreur dans le nom d’une balise en XML.

    De la même façon, deux paragraphes peuvent avoir été combinés, dans le format POD, si la ligne qui les sépare contient des espaces, ou s’il n’y a pas de ligne vide entre la ligne =item et le contenu de cet élément.

  • Parfois, le message de désynchronisation semble étrange car la traduction est attachée au mauvais paragraphe source. C’est le signe d’un problème non détecté en amont dans le processus. Cherchez le point de synchronisation réel en inspectant le fichier gettextization.failed.po généré, et corrigez le problème là où est vraiment.
  • D'autres problèmes peuvent provenir de chaînes de caractères dupliquées, que ce soit dans l'original ou dans la traduction. Les chaînes dupliquées sont fusionnées dans les fichiers PO, avec deux références. Cela constitue une difficulté pour l'algorithme de gettextisation, qui est un simple appariement un à un entre les msgids du fichier d'origine et du fichier localisé. Cependant, les versions récentes de po4a devraient correctement traiter les chaînes de caractères dupliquées, et vous devriez donc signaler tout problème restant que vous pourriez rencontrer.

Tout fichier produit par po4a-gettextize doit être examiné manuellement, même lorsque le script se termine avec succès. Vous devez parcourir le fichier PO en vous assurant que les msgid et msgstr correspondent réellement. Il n'est pas encore nécessaire de s'assurer que la traduction est parfaitement correcte, car toutes les entrées sont de toute façon marquées comme des traductions approximatives ("fuzzy"). Vous devez seulement vérifier les problèmes de correspondance évidents, car les traductions mal assorties seront abandonnées lors des étapes suivantes si vous voulez les sauver.

Heureusement, cette étape ne nécessite pas de maîtriser les langues cibles puisque vous voulez seulement reconnaître des éléments similaires dans chaque msgid et son msgstr correspondant. Parlant moi-même le français, l'anglais et un peu l'allemand, je peux faire cela pour toutes les langues européennes au moins, même si je ne peux pas dire un mot de la plupart de ces langues. Je parviens parfois à détecter des problèmes de correspondance dans les langues non latines en examinant la longueur des chaînes de caractères, les structures des phrases (la quantité de points d'interrogation correspond-elle ?) et d'autres indices, mais je préfère que quelqu'un d'autre examine ces langues.

Si vous détectez une discordance, éditez les fichiers d'origine et de traduction comme si po4a-gettextize avait signalé une erreur, et réessayez. Une fois que vous avez un fichier PO décent pour votre traduction existante, sauvegardez-le jusqu'à ce que vous obteniez un fonctionnement correct de po4a.

La manière la plus simple de configurer po4a est d'écrire un fichier de configuration po4a.conf, et d'utiliser le programme po4a unifié (po4a-updatepo et po4a-translate sont obsolètes). Consultez la section « FICHIER DE CONFIGURATION » dans la documentation de po4a(1) pour en savoir plus.

Lorsque po4a est exécuté pour la première fois, la version actuelle des documents d'origine sera utilisée pour mettre à jour les fichiers PO contenant les anciennes traductions que vous avez récupérées par gettextisation. Cela peut prendre beaucoup de temps, car beaucoup des msgids de la gettextisation ne correspondent pas exactement aux éléments du fichier POT construit à partir des fichiers d'origine récents. Cela oblige gettext à rechercher le plus proche en utilisant un algorithme coûteux de proximité des chaînes de caractères. Par exemple, le premier passage sur la traduction française de la documentation Perl (fichier PO de 5,5 Mo) a pris environ 48 heures (oui, deux jours) alors que les suivants ne prennent que quelques secondes.

Après ce premier passage, les fichiers PO sont prêts à être revus par les équipes de traduction. Toutes les entrées ont été marquées comme approximatives ("fuzzy") dans le fichier PO par po4a-gettextization, ce qui oblige à les relire attentivement avant de les utiliser. Les équipes de traduction doivent examiner chaque entrée pour vérifier que la traduction récupérée correspond bien au texte original actuel, actualiser la traduction si nécessaire, et supprimer les marqueurs flous.

Une fois que suffisamment de marqueurs flous sont supprimés, po4a commencera à générer les fichiers de traduction sur le disque, et vous serez prêt à passer votre flux de traduction à la production. Certains projets trouvent utile de s'appuyer sur Weblate pour assurer la coordination entre les équipes de traduction et les responsables, mais cela dépasse le cadre de po4a.

po4a-gettextize(1), po4a-normalize(1), po4a-translate(1), po4a-updatepo(1), po4a(7).

Denis Barbier <barbier@linuxfr.org>
Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>
Martin Quinson (mquinson#debian.org)

Martin Quinson (mquinson#debian.org)

Copyright 2002-2023 SPI, inc.

Ce programme est un logiciel libre ; vous pouvez le copier et / ou le modifier sous les termes de la GPL v2.0 ou suivante (voir le fichier COPYING).

2024-02-07 perl v5.38.1