ERRNO(3) Manuel du programmeur Linux ERRNO(3)

errno - Code de la dernière erreur

#include <errno.h>

Le fichier d'en-tête <errno.h> définit la variable de type entier errno qui est renseignée par les appels système et quelques fonctions de bibliothèque pour décrire les conditions de la survenue d'une erreur.

La valeur de errno n'est significative que lorsque la valeur de retour de l'appel système indique une erreur (c'est-à-dire -1 pour la plupart des appels système ; -1 ou NULL pour la plupart des fonctions de bibliothèque) ; une fonction qui réussit est autorisée à modifier errno. La valeur de errno n'est jamais mis à zéro par un appel système ou une fonction de bibliothèque.

Pour certains appels système et fonctions de bibliothèque (par exemple getpriority(2)), -1 est une valeur de retour correcte en cas de réussite. Dans de tels cas, une valeur de retour en cas de réussite peut être distinguée d'un cas d'erreur en positionnant errno à zéro avant l'appel, puis, quand l'appel renvoie une valeur qui indique qu'une erreur a pu se produire, en vérifiant si errno a une valeur non nulle.

errno est définie par la norme ISO C comme une « lvalue » modifiable de type int et n'a pas besoin d'être définie explicitement ; errno peut être une macro. errno est locale à un thread ; lui affecter une valeur dans un thread ne modifie pas sa valeur dans les autres threads.

Les numéros d'erreur valables sont tous des nombres positifs. Le fichier d'en-tête <errno.h> définit les noms symboliques pour chacun des numéros d'erreur possibles pouvant apparaître dans errno.

Toutes les erreurs détaillées dans POSIX.1 doivent avoir des valeurs différentes à l'exception de EAGAIN et EWOULDBLOCK qui peuvent avoir la même valeur. Sur Linux, ces deux erreurs ont la même valeur sur toutes les architectures.

Les numéros d'erreur qui correspondent à chaque nom symbolique varient selon les systèmes UNIX et c'est même le cas sous Linux pour des architectures différentes. Par conséquent, les valeurs numériques ne sont pas indiquées dans la liste des noms d'erreur ci-dessous. Les fonctions perror(3) et strerror(3) peuvent être utilisées pour convertir ces noms en leur message d'erreur textuel correspondant.

Il est possible, sur n'importe quel système Linux, d'obtenir la liste de tous les noms d'erreurs symboliques et leurs numéros d'erreur correspondant en utilisant la commande errno(1) (faisant partie du paquet moreutils) :


$ errno -l
EPERM 1 Opération interdite
ENOENT 2 Fichier ou répertoire inexistant
ESRCH 3 Processus inexistant
EINTR 4 Appel système interrompu
EIO 5 Erreur d'entrée/sortie
...

La commande errno(1) peut également être utilisée pour rechercher des numéros et noms d'erreurs spécifiques, ainsi que chercher des erreurs en utilisant les chaînes de description de l'erreur, comme dans l'exemple suivant :


$ errno 2
ENOENT 2 Fichier ou répertoire inexistant
$ errno ESRCH
ESRCH 3 Processus inexistant
$ errno -s permission
EACCES 13 Permission refusée

Dans la liste des noms d'erreurs symboliques ci-dessous, plusieurs noms sont marqués comme suit :
  • POSIX.1-2001 : Le nom est défini par POSIX.1-2001 et est défini dans les versions ultérieures de POSIX.1 à moins qu'il ne soit indiqué autre chose.
  • POSIX.1-2008 : Le nom est défini dans POSIX.1-2008 mais n'est pas présent dans les normes POSIX.1 antérieures.
  • C99 : Le nom est définit par C99.

Ci-dessous se trouve une liste des noms d'erreurs symboliques qui sont définies sous Linux :

E2BIG
Liste d'arguments trop longue (POSIX.1-2001).
EACCES
Permission refusée (POSIX.1-2001)
EADDRINUSE
Adresse déjà en cours d'utilisation (POSIX.1-2001).
EADDRNOTAVAIL
Adresse non disponible (POSIX.1-2001).
EAFNOSUPPORT
Famille d'adresses non prise en charge (POSIX.1-2001).
EAGAIN
Ressource temporairement indisponible (peut être la même valeur que EWOULDBLOCK) (POSIX.1-2001)
EALREADY
Connexion déjà en cours (POSIX.1-2001).
EBADE
Échange non valable.
EBADF
Mauvais descripteur de fichier (POSIX.1-2001).
EBADFD
Descripteur de fichier dans un mauvais état.
EBADMSG
Mauvais message (POSIX.1-2001).
EBADR
Descripteur de requête non valable.
EBADRQC
Code de requête non valable.
EBADSLT
Emplacement (« Slot ») non valable.
EBUSY
Périphérique ou ressource indisponible (POSIX.1-2001).
ECANCELED
Opération annulée (POSIX.1-2001).
ECHILD
Pas de processus enfant (POSIX.1-2001).
ECHRNG
Numéro de canal hors intervalle.
ECOMM
Échec de la communication lors de l'envoi.
ECONNABORTED
Connexion abandonnée (POSIX.1-2001).
ECONNREFUSED
Connexion refusée (POSIX.1-2001).
ECONNRESET
Connexion réinitialisée (POSIX.1-2001).
EDEADLK
Blocage d'une ressource évité (POSIX.1-2001).
EDEADLOCK
Un synonyme de EDEADLK sur la plupart des architectures. Sur quelques architectures (comme Linux MIPS, PowerPC, SPARC), il s'agit d'un code d'erreur distinct « Erreur de blocage de verrou de fichier ».
EDESTADDRREQ
Adresse de destination nécessaire (POSIX.1-2001).
EDOM
Argument mathématique hors du domaine de définition de la fonction (POSIX.1, C99).
EDQUOT
Quota du disque dépassé (POSIX.1-2001).
EEXIST
Fichier existant (POSIX.1-2001).
EFAULT
Mauvaise adresse (POSIX.1-2001).
EFBIG
Fichier trop grand (POSIX.1-2001).
EHOSTDOWN
Hôte éteint.
EHOSTUNREACH
Hôte non accessible (POSIX.1-2001).
EHWPOISON
Une page mémoire a une erreur matérielle.
EIDRM
Identificateur supprimé (POSIX.1-2001).
EILSEQ
Multi-octet ou caractère large non autorisé ou incomplet (POSIX.1, C99).
Le texte montré ici correspond à la description des erreurs de la glibc ; cette erreur est décrite dans POSIX.1 comme « Séquence d'octet illégale ».
EINPROGRESS
Opération en cours (POSIX.1-2001).
EINTR
Appel système interrompu (POSIX.1-2001) ; consultez signal(7).
EINVAL
Argument non valable (POSIX.1-2001).
EIO
Erreur d'entrée/sortie (POSIX.1-2001).
EISCONN
Socket connecté (POSIX.1-2001).
EISDIR
Est un répertoire (POSIX.1-2001).
EISNAM
Est un fichier de type nommé.
EKEYEXPIRED
Clé expirée.
EKEYREJECTED
La clé a été rejetée par le service.
EKEYREVOKED
La clé a été révoquée.
EL2HLT
Niveau 2 arrêté.
EL2NSYNC
Niveau 2 non synchronisé.
EL3HLT
Niveau 3 arrêté.
EL3RST
Niveau 3 réinitialisé.
ELIBACC
Impossible d'accéder à une bibliothèque partagée requise.
ELIBBAD
Accès à une bibliothèque partagée corrompue.
ELIBMAX
Tentative de liaison avec trop de bibliothèques partagées.
ELIBSCN
Section .lib dans a.out corrompue
ELIBEXEC
Impossible d'exécuter directement une bibliothèque partagée.
ELNRANGE
Numéro de lien hors d’intervalle.
ELOOP
Trop de niveaux de liens symboliques (POSIX.1-2001).
EMEDIUMTYPE
Mauvais type de média.
EMFILE
Too many open files (POSIX.1-2001). Commonly caused by exceeding the RLIMIT_NOFILE resource limit described in getrlimit(2). Can also be caused by exceeding the limit specified in /proc/sys/fs/nr_open.
EMLINK
Trop de liens (POSIX.1-2001).
EMSGSIZE
Message trop long (POSIX.1-2001).
EMULTIHOP
Tentative de sauts multiples « Multihop » (POSIX.1-2001).
ENAMETOOLONG
Nom de fichier trop long (POSIX.1-2001).
ENETDOWN
Le réseau est désactivé (POSIX.1-2001).
ENETRESET
Connexion annulée par le réseau (POSIX.1-2001).
ENETUNREACH
Réseau inaccessible (POSIX.1-2001).
ENFILE
Trop de fichiers ouverts pour le système (POSIX.1-2001). Sur Linux, cela est probablement dû au dépassement de la limite /proc/sys/fs/file-max (consultez proc(5)).
ENOANO
Pas de nœud d'index.
ENOBUFS
Aucun espace de tampon disponible (POSIX.1 (option des FLUX XSI)).
ENODATA
Pas de message disponible en tête de la queue de lecture du FLUX (POSIX.1-2001).
ENODEV
Périphérique inexistant (POSIX.1-2001).
ENOENT
Fichier ou répertoire inexistant (POSIX.1-2001).
Typiquement, cette erreur survient lors qu'un nom de chemin indiqué n'existe pas, ou que l'un des composants dans le préfixe de répertoire d'un nom de chemin n'existe pas, ou que le nom de chemin indiqué est un lien symbolique sans cible.
ENOEXEC
Erreur de format d'exécution (POSIX.1-2001).
ENOKEY
Clé nécessaire non disponible.
ENOLCK
Pas de verrou disponible (POSIX.1-2001).
ENOLINK
Un lien a été disjoint (POSIX.1-2001).
ENOMEDIUM
Aucun média trouvé.
ENOMEM
Pas assez de mémoire, impossible d'allouer de la mémoire (POSIX.1-2001).
ENOMSG
Pas de message du type attendu (POSIX.1-2001).
ENONET
La machine n'est pas sur le réseau.
ENOPKG
Paquet non installé.
ENOPROTOOPT
Protocole indisponible (POSIX.1-2001).
ENOSPC
Plus de place sur le périphérique (POSIX.1-2001).
ENOSR
Pas de ressources FLUX (POSIX.1 (option des FLUX XSI)).
ENOSTR
Pas un FLUX (POSIX.1 (option des FLUX XSI)).
ENOSYS
Fonction non implémentée (POSIX.1-2001).
ENOTBLK
Périphérique bloc nécessaire.
ENOTCONN
Le socket n'est pas connecté (POSIX.1-2001).
ENOTDIR
Pas un répertoire (POSIX.1-2001).
ENOTEMPTY
Répertoire non vide (POSIX.1-2001).
ENOTRECOVERABLE
État non récupérable (POSIX.1-2008).
ENOTSOCK
Pas un socket (POSIX.1-2001).
ENOTSUP
Opération non prise en charge (POSIX.1-2001).
ENOTTY
Opération de contrôle d'entrée/sortie inadéquate (POSIX.1-2001).
ENOTUNIQ
Le nom sur le réseau n'est pas unique.
ENXIO
Périphérique ou adresse inexistant (POSIX.1-2001).
EOPNOTSUPP
Opération non prise en charge par le socket (POSIX.1-2001).
(ENOTSUP et EOPNOTSUPP ont la même valeur sous Linux, mais selon POSIX.1, ces codes d'erreurs devraient être différents).
EOVERFLOW
Valeur trop grande pour être stockée dans ce type de donnée (POSIX.1-2001).
EOWNERDEAD
Propriétaire disparu (POSIX.1-2008).
EPERM
Opération interdite (POSIX.1-2001).
EPFNOSUPPORT
Famille de protocoles non prise en charge.
EPIPE
Tube cassé (POSIX.1-2001).
EPROTO
Erreur de protocole (POSIX.1-2001).
EPROTONOSUPPORT
Protocole non pris en charge (POSIX.1-2001).
EPROTOTYPE
Mauvais type de protocole pour le socket (POSIX.1-2001).
ERANGE
Résultat trop grand (POSIX.1, C99).
EREMCHG
Adresse distante changée.
EREMOTE
L'objet est distant.
EREMOTEIO
Erreur d'entrées-sorties distante.
ERESTART
L'appel système interrompu devrait être relancé.
ERFKILL
Opération impossible à cause de RF-kill.
EROFS
Système de fichiers en lecture seule (POSIX.1-2001).
ESHUTDOWN
Impossible d'effectuer l'envoi après l'arrêt du point final du transport.
ESPIPE
Recherche non valable (POSIX.1-2001).
ESOCKTNOSUPPORT
Type de socket non pris en charge.
ESRCH
Processus inexistant (POSIX.1-2001).
ESTALE
Gestion de fichier périmée (POSIX.1-2001).
Cette erreur peut se produire avec le système de fichiers NFS et d'autres.
ESTRPIPE
Tube de flux cassé.
ETIME
Délai expiré (POSIX.1 (option des FLUX XSI)).
(POSIX.1 stipule « délai du FLUX ioctl(2) dépassé.)
ETIMEDOUT
Délai maximal de connexion écoulé (POSIX.1-2001).
ETOOMANYREFS
Trop de références : impossible de copier (splice).
ETXTBSY
Fichier texte occupé (POSIX.1-2001).
EUCLEAN
La structure nécessite un nettoyage.
EUNATCH
Pilote du protocole non attaché.
EUSERS
Trop d'utilisateurs.
EWOULDBLOCK
L'opération serait bloquante (peut être la même valeur que EAGAIN) (POSIX.1-2001).
EXDEV
Lien inapproprié (POSIX.1-2001).
EXFULL
Échange plein.

Une erreur fréquente est de faire


if (somecall() == -1) {
    printf("somecall() failed\n");
    if (errno == ...) { ... }
}

errno n'a plus besoin de la valeur qu'elle avait juste après le retour de somecall() (par exemple, elle peut être changée par printf(3)). Si la valeur de errno doit être préservée à travers un appel bibliothèque, elle doit être sauvegardée :


if (somecall() == -1) {
    int errsv = errno;
    printf("somecall() failed\n");
    if (errsv == ...) { ... }
}

Notez que les API de fil d'exécution POSIX ne positionnent pas errno en cas d'erreur mais elles renvoient pour résultat le numéro de l'erreur. Ces numéros d'erreur ont la même signification que les numéros d'erreur indiqués dans errno par d'autres API.

Sur d'anciens systèmes, <errno.h> n'est pas présent ou ne déclare pas errno si bien qu'il est nécessaire de déclarer errno manuellement (avec extern int errno). Ne faites pas cela. Cela a cessé d'être le cas il y a bien longtemps et cause des problèmes avec les versions modernes de la bibliothèque C.

errno(1), err(3), error(3), perror(3), strerror(3)

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Grégoire Scano <gregoire.scano@malloc.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

1 novembre 2020