SET_TID_ADDRESS(2) Manuel du programmeur Linux SET_TID_ADDRESS(2)

set_tid_address - Positionner un pointeur vers un identifiant de thread (TID)

#include <sys/syscall.h>      /* Définition des constantes SYS_* */
#include <unistd.h>
pid_t syscall(SYS_set_tid_address, int *tidptr);

Note : la glibc ne founit pas d'enveloppe pour set_tid_address(), nécessitant l'utilisation de syscall(2).

Pour chaque thread, Le noyau maintient deux attributs (adresses) nommés set_child_tid et clear_child_tid. Ces deux attributs contiennent la valeur NULL par défaut.

Si un thread est démarré en utilisant clone(2) avec l'attribut CLONE_CHILD_SETTID, set_child_tid est définie à la valeur passée à l'argument ctid de cet appel système.
Lorsque set_child_tid est remplie, la toute première chose que le nouveau thread fait est d'écrire son ID de thread à cette adresse.
Si un thread est démarré en utilisant clone(2) avec l'attribut CLONE_CHILD_CLEARTID, clear_child_tid est définie à la valeur passée à l'argument ctid de cet appel système.

L'appel système set_tid_address() remplit la valeur clear_child_tid pour le thread appelant à tidptr.

Lorsqu'un thread dont clear_child_tid n'est pas NULL se termine, alors, si le thread partage de la mémoire avec d'autres threads, 0 est écrit à l'adresse indiquée dans clear_child_tid et le noyau réalise l'opération suivante :


futex(clear_child_tid, FUTEX_WAKE, 1, NULL, NULL, 0);

L'effet de cette opération est de réveiller un simple thread qui réalise une attente futex à l'emplacement de la mémoire. Les erreurs de l'opération de réveil du futex sont ignorées.

set_tid_address() renvoie toujours l'identifiant du thread appelant.

set_tid_address() réussit toujours.

Cet appel est présent depuis Linux 2.5.48. Les détails fournis ici sont valides depuis Linux 2.5.49.

Cet appel système est spécifique à Linux.

clone(2), futex(2), gettid(2)

Cette page fait partie de la publication 5.13 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

20 juin 2021 Linux