NPTL(7) Manuel du programmeur Linux NPTL(7)

nptl — Bibliothèque native des threads POSIX

NPTL (Native POSIX Threads Library — Bibliothèque native des threads POSIX) est l’implémentation de la bibliothèque GNU C de threads POSIX utilisée dans les systèmes Linux modernes.

NPTL représente l’utilisation interne des deux premiers signaux temps réel (numéros de signal 32 et 33). Un de ces signaux est utilisé pour gérer l’annulation de threads et d’horloges POSIX (consultez timer_create(2)), l’autre est utilisé comme partie d’un mécanisme qui garantit que tous les threads d’un processus aient toujours les mêmes UID et GID comme demandé par POSIX. Ces signaux ne peuvent pas être utilisés dans les applications.

Pour prévenir d’une utilisation accidentelle de ces signaux dans des applications, pouvant interférer avec le fonctionnement de la mise en œuvre de NPTL, diverses fonctions de la bibliothèque glibc et enveloppes d’appel système essaient de cacher ces signaux aux applications comme suit :

SIGRTMIN est réglé à la valeur 34 (plutôt que 32) ;
les interfaces sigwaitinfo(2), sigtimedwait(2) et sigwait(3) ignorent silencieusement les requêtes d’attente de ces deux signaux s’ils sont spécifiés dans l’argument d’ensemble de signaux de ces appels ;
les interfaces sigprocmask(2) et pthread_sigmask(3) ignorent silencieusement les essais de bloquer ces deux signaux ;
les interfaces sigaction(2), pthread_kill(3) et pthread_sigqueue(3) échouent avec l’erreur EINVAL (indiquant un numéro de signal non autorisé) si ces signaux sont spécifiés ;
sigfillset(3) n’inclut pas ces deux signaux lorsqu’il crée un ensemble complet de signaux.

Au niveau du noyau Linux, les identifiants (ID utilisateur et ID groupe) sont des attributs particuliers à chaque thread. Cependant, POSIX demande que tous les threads POSIX d’un processus aient les même identifiants. Pour satisfaire cette exigence, l’implémentation de NPTL enveloppe tous les appels système qui modifient les identifiants avec des fonctions qui, en plus d’invoquer l’appel système sous-jacent, organisent aussi la modification des identifiants de tous les autres threads du processus.

La mise en œuvre de chacun de ces appels système implique l’utilisation d’un signal temps réel qui est envoyé (en utilisant tgkill(2)) à chaque autre thread qui doit modifier ses identifiants. Avant l’envoi de ces signaux, le thread qui modifie ses identifiants stocke le ou les nouveaux identifiants et enregistre l’appel système à utiliser dans un tampon global. Un gestionnaire de signal dans le ou les threads récepteurs recherche cette information, puis utilise le même appel système pour modifier ses identifiants.

Des fonctions enveloppe utilisant cette technique sont fournies pour setgid(2), setuid(2), setegid(2), seteuid(2), setregid(2), setreuid(2), setresgid(2), setresuid(2) et setgroups(2).

Pour des précisions sur la conformité de NPTL avec la norme POSIX, consultez pthreads(7).

POSIX indique que tout thread dans chaque processus ayant accès à la mémoire contenant un mutex de processus partagé (PTHREAD_PROCESS_SHARED) peut agir sur ce mutex. Cependant, sur les systèmes x86 64 bits, la définition du mutex pour x86-64 est incompatible avec celle pour i386, signifiant que les binaires 32 et 64 bits ne peuvent pas partager les mutex sur les systèmes x86-64.

credentials(7), pthreads(7), signal(7), standards(7)

Cette page fait partie de la publication 5.13 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Paul Guillonneau <guillonneau.jeanpaul@free.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

8 août 2015 Linux