NANO(1) General Commands Manual NANO(1)

nano - NAno un NOuvel éditeur, inspiré de Pico

nano [options] [[+ligne[,colonne]] fichier]...

nano [options] [[+[crCR](/|?)chaîne] fichier]...

nano est un éditeur léger et facile. Il imite l'aspect et la convivialité de Pico, mais c'est un logiciel libre qui implémente plusieurs fonctionnalités qui manquent à Pico telles que l'ouverture de plusieurs fichiers, le défilement ligne par ligne, la fonction annuler et refaire, la coloration syntaxique, la numérotation des lignes et le pliage des lignes trop longues.

Si on donne une nom de fichier sur la ligne de commande, il est possible de placer le curseur sur une ligne particulière en ajoutant le numéro de ligne avec un signe plus (+) avant le nom de fichier et même une colonne particulière en l'ajoutant avec une virgule. (Des nombres négatifs comptent pour la fin du fichier ou de la ligne.) Le curseur peut être placé sur la première ou la dernière occurrence d'une chaîne en spécifiant cette chaîne après +/ ou +? avant le nom de fichier. La chaîne peut devenir sensible à la casse et interprétée comme une expression rationnelle en insérant c et/ou r après le signe +. Ces modes de recherche peuvent être désactivés explicitement en utilisant la variante en majuscule de ces lettres : C et/ou R. Quand la chaîne contient des espaces, il faut la mettre entre guillemets. À titre d'exemple, pour ouvrir un fichier à la première occurrence du mot Toto, on peut entrer :

nano +c/Toto fichier

Cas particulier : si un tiret (-) est donné à la place d'un nom de fichier, nano lira les données à partir de l'entrée standard.

ÉDITION

Entrer du texte et se déplacer dans un fichier est simple : taper les lettres et utiliser les touches normales de déplacement du curseur. Les commandes sont entrées en utilisant les touches Contrôle (^), Alt ou Méta (M-). Frapper ^K détruit la ligne courante et la place dans le presse-papier. Les frappes consécutives de ^K placeront toutes les lignes supprimées dans le presse-papier. Tout mouvement du curseur ou exécution d'une autre commande fera que la frappe ^K suivante écrasera le presse-papier. La frappe de ^U copiera le contenu du presse-papier à la place actuelle du curseur.

Quand un fragment de texte précis doit être coupé ou collé, il est possible de marquer son début avec ^6, de déplacer le curseur jusqu'à sa fin (le texte marqué sera mis en surbrillance), puis de le couper avec ^K ou de le coller dans le presse-papier avec M-6. Le texte marqué peut aussi être sauvegardé dans un fichier avec ^0 ou soumis à la vérification orthographique avec ^T^T.

Sur certains terminaux, le texte peut être aussi sélectionné en maintenant la touche Shift appuyée et en utilisant les flèches de direction. Maintenir appuyées également les touches Ctrl ou Alt augmentera le pas de la sélection. Tout mouvement du curseur sans l'appui sur la touche Shift annulera la sélection.

Les deux lignes en bas de l'écran montrent quelques commandes importantes : le message d'aide de nano (^G) liste toutes les commandes disponibles. Les raccourcis clavier par défaut peuvent être modifiés avec le fichier nanorc – voir nanorc(5)

Depuis la version 4.0, nano par défaut :

• ne replie pas automatiquement physiquement les lignes qui deviennent trop longues ;
• inclut la ligne située sous la ligne de titre dans l'espace d'édition ;
• applique un défilement progressif (ligne par ligne).

Si vous souhaitez retourner au comportement ancien de Pico, vous pouvez utiliser les options --breaklonglines, --emptyline et --jumpyscrolling (ou -bej en raccourci).

Rendre plus malin le fonctionnement de la touche Début. Lorsqu'on appuie sur cette touche à n'importe quel endroit excepté au tout début du texte d'une ligne (c'est-à-dire au premier caractère non blanc), le curseur se positionnera au début du texte de la ligne (qu'il soit en avant ou en arrière). Si le curseur y est déjà, il se placera au vrai début de la ligne.
Lors de l'enregistrement d'un fichier, créer une copie de sécurité de la version précédente, en ajoutant un tilde (~) au nom du fichier.
Ne pas créer et conserver qu'un seul fichier de sécurité, mais créer et conserver un fichier à numéro unique chaque fois qu'un fichier est sauvegardé – quand la sauvegarde est activée (-B). Ces fichiers à numéro unique sont placés dans le répertoire spécifié.
Dans l'interface, utiliser le gras à la place de la vidéo inverse. Cette option sera outrepassée en réglant les options titlecolor, statuscolor, keycolor, functioncolor, numbercolor et/ou selectedcolor dans le fichier nanorc. Voir nanorc(5).
Convertir toutes les tabulations clavier en espaces – avec le nombre d'espaces que prendrait une tabulation à cet emplacement.
Lire un fichier dans un nouveau tampon par défaut.
Utiliser un verrouillage de fichier dans le style de vim lors de la modification de fichier.
Conserver les cent dernières chaînes de recherche et de remplacement et les commandes exécutées de manière à ce qu'elles soient facilement réutilisées dans des sessions ultérieures.
Ne pas rechercher le fichier nanorc de l'utilisateur ni celui commun à tout le système.
Dessiner une bande verticale à une colonne donnée pour aider à évaluer la largeur du texte. (La couleur de cette bande peut être modifiée grâce à l'option set stripecolor dans le fichier nanorc.)
Interpréter directement les séquences d'échappement plutôt que demander à ncurses de les traduire. (Si vous avez besoin de cette option pour que votre clavier fonctionne correctement, cela signifie que la description de terminal terminfo qui est utilisée ne correspond pas complètement au comportement réel de votre terminal. Cela peut se produire quand vous intervenez à travers ssh dans une machine BSD, par exemple.). Utiliser cette option désactive la prise en charge de la souris par nano.
Ne pas ajouter automatiquement un saut de ligne si un fichier n'en a pas à la fin. (Cela peut aboutir à la sauvegarde de fichiers texte non POSIX.)
Couper les espaces de fin des lignes repliées lors d'un passage à la ligne automatique ou quand le texte est justifié.
Désactiver la conversion automatique des fichiers depuis les formats Mac et DOS.
Lors de la justification, traiter toutes les lignes qui débutent par une espace comme le début d'un paragraphe (à moins que l'autoindentation ne soit active).
Pour les deux cents fichiers les plus récents, enregistrer la dernière position du curseur et le replacer à cette position lors de la réouverture d'un de ces fichiers.
Régler l'expression rationnelle pour mettre en correspondance la partie citation d'une ligne. La valeur par défaut est "^([ \t]*([!#%:;>|}]|//))+". (Notez que \t représente une tabulation réelle.) Cela permet de modifier la justification de blocs de texte cité lors de l'écriture d'un courriel et de replier des blocs de commentaire de ligne lors de l'écriture de code source.
Mode restreint : aucune lecture ou écriture de fichiers non indiqués sur la ligne de commande. Cela signifie pas de lecture ou d'écriture des fichiers d'historique, de suspension, de correction orthographique, d'ajout au début ou à la fin d'un fichier, de sauvegarde d'un fichier ayant déjà un nom sous un nom différent, de création de copie de sécurité. Ce mode restreint peut aussi être activé en appelant nano sous un nom commençant par r (par exemple rnano).
Afficher les lignes qui dépassent la largeur de l'écran sur plusieurs lignes d'écran. (Il est possible de faire que ce repliement se produise à une espace plutôt que brutalement au bord de l'écran en utilisant aussi l'option --atblanks.) (L'ancienne option courte -$ est obsolète.)
Définir la taille (largeur) des tabulations en nombre de colonnes. Le nombre indiqué doit être strictement supérieur à 0. La valeur par défaut est 8.
Faire disparaître les messages de la ligne d'état après une frappe clavier au lieu de 20. Notez que l'option -c (--constantshow) prend le pas sur cette option. Quand l'option --minibar ou --zero est active, --quickblank fait disparaître un message après 0,8 seconde au lieu de 1,5 seconde qui est la valeur par défaut.
Afficher la version, puis arrêter.
Détection différente des limites de mots, obtenue en considérant les caractères de ponctuation comme faisant partie des mots.
Indiquer quels autres caractères (au-delà des caractères alphanumériques normaux) doivent être considérés comme appartenant à un mot. Lors de l'utilisation de cette option, l'option -W (--wordbounds) devrait sûrement être omise.
Indiquer quel nom de colorisation syntaxique adopter, parmi les modes définis dans le fichier nanorc.
Laisser les touches non modifiées Retour arrière et Supprimer effacer la région marquée (au lieu d'un caractère unique et sans affecter le presse-papier).
Lors d'un pliage de ligne, replier les lignes à une espace plutôt qu'au bord de l'écran.
Passer à la ligne automatiquement sur la ligne courante quand elle devient trop longue. (Cette option est l'inverse de -w (--nowrap) – la dernière option donnée prend effet.)
Afficher en permanence la position du curseur sur la barre d'état. Notez que cette option prend le pas sur l'option -U (--quickblank).
Interpréter différemment les touches Supprimer et Retour arrière, afin que Retour arrière et Supprimer fonctionnent correctement. Vous ne devriez avoir besoin de cette option que si, sur votre système, la touche Retour arrière produit l'effet de la touche Supprimer ou si la touche Supprimer produit l'effet de la touche Retour arrière.
Ne pas utiliser la ligne située sous la ligne de titre, en la laissant entièrement blanche.
Ne lire que ce fichier pour configurer les options de nano plutôt que de lire les fichiers nanorc de l'utilisateur et celui commun à tout le système.
Rendre le curseur visible dans le navigateur de fichiers (en le mettant sur l'élément sélectionné) et sur l'afficheur d'assistance. Cela est utile pour les utilisateurs du braille et pour les personnes avec une mauvaise vue.
Afficher un résumé des options en ligne de commande et quitter.
Indenter automatiquement une ligne nouvelle du même nombre de tabulations ou d'espaces que la ligne précédente (ou que la ligne suivante si la ligne précédente est le début d'un paragraphe).
Faire défiler le contenu du tampon par demi-écran plutôt que ligne par ligne.
Faire que la commande couper (normalement ^K) coupe à partir de la position actuelle du curseur jusqu'à la fin de la ligne, plutôt que de couper la ligne entière.
Afficher les numéros de ligne à la gauche de la zone de texte. (Les lignes avec une ancre ont une marque supplémentaire dans la marge.)
Activer l'utilisation de la souris, si elle est disponible pour votre système. Lorsque celle-ci est activée, il est possible d'utiliser la souris pour positionner le curseur, pour marquer le texte (avec un double-clic) et pour lancer les fonctions correspondant aux raccourcis. Il est possible d'utiliser la souris sous X Window ou en mode console avec gpm. Le texte peut toujours être sélectionné en faisant glisser la souris en tenant la touche Shift appuyée.
Traiter tout nom donné sur la ligne de commande comme un nouveau fichier. Cela permet à nano d'écrire dans des tubes nommés : nano commence avec un tampon vide et écrira dans le tube quand l'utilisateur enregistre le fichier. De cette manière, nano peut être utilisé comme éditeur en combinaison avec, par exemple, gpg sans à avoir à écrire d'abord des données sensibles sur le disque.
Définir le répertoire de travail. Cela demande à nano de mettre en place quelque chose de similaire à un environnement d'exécution restreint (chroot).
Préserver les séquences XON et XOFF (^Q et ^S), afin qu'elles soient reçues par le terminal.
Afficher une barre de défilement sur le côté droit de la fenêtre d'édition. Elle montre la position de la fenêtre d'affichage dans le fichier et quelle proportion du fichier est couverte par la fenêtre d'affichage.
Régler la largeur cible pour la justification et passer automatiquement à la ligne une fois arrivé à la colonne nombre. Si la valeur indiquée est de 0 ou moins, le point de passage à la ligne aura lieu à la taille de l'écran moins nombre colonnes. Cela permet de faire varier le point de passage à la ligne lorsque l'on change la taille de l'écran. La valeur par défaut est -8.
Utiliser cette commande pour effectuer la vérification et la correction orthographique, plutôt que d'utiliser le correcteur intégré qui appelle hunspell(1) ou GNU spell(1).
Sauvegarder le tampon s'il a été modifié, sans demande de confirmation (lorsqu'on quitte avec ^X). (L'ancienne forme de l'option longue, --tempfile, est obsolète.)
Sauvegarder un fichier par défaut au format Unix. Cela prend le pas sur le comportement par défaut de nano qui sauvegarde un fichier dans son format d'origine. (Cette option n'a pas d'effet si vous utilisez aussi l'option --noconvert.)
Uniquement visualiser le fichier et interdire l'édition : mode lecture seule. Ce mode permet à l'utilisateur d'ouvrir d'autres fichiers pour les visualiser, à moins que l'option --restricted ne soit aussi passée.
Ne pas passer à la ligne automatiquement sur la ligne courante quand elle devient trop longue. C'est l'option par défaut. (Cette option est l'inverse de -b (--breaklonglines) – la dernière option donnée prend effet.)
Ne pas afficher les deux lignes d'aide en bas de l'écran.
Faire que les combinaisons Ctrl+droite et Ctrl+supprimer s'arrêtent à la fin des mots plutôt qu'au début.
Option obsolète et ignorée. La suspension est activée par défaut avec les touches ^T^Z. (Si vous voulez suspendre nano avec seulement ^Z, ajoutez bind ^Z suspend main dans nanorc.)
-%, --stateflags
Utiliser le coin supérieur droit de l'écran pour afficher certains indicateurs d'état : I autoindentation active, M marquage du texte actif, L passage à la ligne (césure des longues lignes), R enregistrement d'une macro et S repliement de ligne. Quand le tampon est modifié, un astérisque (*) est affiché après le nom du fichier au centre de la barre de titre.
-_, --minibar
Supprimer la barre de titre et montrer à la place des informations sur le tampon en cours en bas de l'écran, dans l'espace de la barre d'état. Dans cette « mini-barre », le nom du fichier est affiché à gauche suivi par un astérisque si le tampon a été modifié. Sur la droite sont affichés les numéros de ligne et de colonne en cours, le code du caractère sous le curseur (au format unicode : U+xxxx), les mêmes indicateurs que ceux montrés par --stateflags et un pourcentage qui exprime la place du curseur à l'intérieur du fichier (par rapport au nombre de lignes). Quand un fichier est chargé ou enregistré, ou après un changement de tampon, le nombre de lignes dans le tampon est affiché après le nom de fichier. Ce nombre est supprimé à la première frappe clavier ou remplacé par un [i/n] si plusieurs tampons sont ouverts. La ligne, le numéro de colonne et le code du caractère ne sont affichés que si --constantshow est utilisé et peuvent être affichés ou non avec M-C. Les indicateurs d'état sont affichés seulement si --stateflags est utilisé.
-0, --zero
Cacher tous les éléments de l'interface (barre de titre, barre d'état et lignes d'aide) et utiliser toutes les lignes du terminal pour afficher le contenu du tampon. La barre d'état apparaît seulement quand il y a un message important et disparaît après 1,5 seconde ou à la première frappe clavier. Avec M-Z, la barre de titre et la barre d'état peuvent être affichées ou non. Pour la barre d'aide, c'est avec M-X.
-!, --magic
Quand ni le nom du fichier ni sa première ligne ne donne un indice, essayer d'utiliser libmagic pour déterminer la syntaxe appropriée.

Plusieurs des options ci-dessus peuvent être aussi activées et désactivées alors que nano est en fonctionnement. Par exemple, M-L active la coupure des lignes trop longues, M-S le repliement, M-N l'affichage des numéros de ligne, M-M l'activation de la souris, M-I l'autoindentation et M-X les lignes d'assistance. Voir à la fin du texte d'assistance (^G) pour une liste complète.

Le commutateur M-X est particulier : il fonctionne dans tous les menus sauf dans l'afficheur d'assistance et l'analyseur. Tous les autres commutateurs ne fonctionnent que dans le menu principal.

Quand un fichier --rcfile est fourni, nano lit uniquement le fichier spécifié pour régler ses options, sa syntaxe et ses raccourcis clavier. Sans cette option nano lira deux fichiers de configuration : d'abord le fichier nanorc du système (s'il est présent), puis le fichier nanorc de l'utilisateur (s'il est présent), soit ~/.nanorc, $XDG_CONFIG_HOME/nano/nanorc ou ~/.config/nano/nanorc, quel que soit le premier fichier rencontré. Voir nanorc(5) pour plus d'informations sur le contenu possible de ces fichiers.

Voir /usr/share/nano/ et /usr/share/nano/extra/ pour la définition des colorisations syntaxiques disponibles.

Si aucun correcteur orthographique de remplacement n'est indiqué dans la ligne de commande ou dans l'un des fichiers nanorc, nano prendra la commande indiquée par la variable d'environnement SPELL si elle est définie.

Dans certains cas, nano essaiera de sauvegarder le fichier en cours d'édition dans un fichier de secours. Cela arrivera principalement si nano reçoit un signal SIGHUP ou SIGTERM, ou bien se trouve à court de mémoire. Le nom de ce fichier de secours sera nano.save si le fichier en cours n'avait pas encore de nom, ou sera composé du nom du fichier en cours suivi du suffixe .save. Si un fichier de ce nom existe déjà dans le répertoire, un .save et un nombre seront ajoutés à la fin du nom du fichier en cours afin de le rendre unique (par exemple, .save.1). En mode multi-tampon, nano réalisera une sauvegarde de tous les fichiers en cours dans leurs fichiers de secours respectifs.

L'enregistrement et la relecture des macros clavier ne fonctionnent correctement que sur un émulateur de terminal et non sur une console Linux (VT – terminal virtuel) parce que par défaut cette dernière ne distingue pas les flèches de direction modifiées ou non modifiées.

Veuillez rapporter tous les autres bogues que vous rencontrez à l'aide de :
https://savannah.gnu.org/bugs/?group=nano.

Lors du plantage de nano, il sauvegarde tous les tampons modifiés vers les fichiers de secours .save. Si vous pouvez reproduire le plantage et que vous voulez obtenir une trace, définissez la variable d'environnement NANO_NOCATCH.

https://nano-editor.org/

nanorc(5)

/usr/share/doc/nano/ (ou son équivalent sur votre système)

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org> et Jean-Pierre Giraud <jean-pierregiraud@neuf.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

version 6.3 Avril 2022