FFLUSH(3) Manuel du programmeur Linux FFLUSH(3)

fflush - Vider les tampons d'un flux

#include <stdio.h>
int fflush(FILE *flux);

Pour les flux de sortie, fflush() force l'écriture de toutes les données se trouvant dans les tampons de l'espace utilisateur pour la sortie donnée ou met à jour le flux à l’aide de la fonction d'écriture sous-jacente.

Pour les flux d'entrée associés à des fichiers dans lesquels on peut se positionner (c'est le cas des fichiers sur disque, mais pas des pipes ou des terminaux), fflush() supprime du tampon toute donnée lue depuis le fichier sous-jacent qui n'a pas été traitée par l'application.

L'état d'ouverture du flux n'est pas affecté.

Si l'argument flux est NULL, fflush() vide tous les flux ouverts en sortie.

Pour une version de cette fonction ignorant les verrouillages, voir unlocked_stdio(3).

Si elle réussit, cette fonction renvoie 0. Sinon, elle renvoie EOF et la variable errno contient le code d'erreur.

flux n'est pas ouvert, ou du moins pas en écriture.

La fonction fflush() peut aussi échouer et définir errno avec n'importe quelle erreur spécifiée pour la routine write(2).

Pour une explication des termes utilisés dans cette section, consulter attributes(7).

Interface Attribut Valeur
fflush() Sécurité des threads MT-Safe

C89, C99, POSIX.1-2001, POSIX.1-2008.

POSIX.1-2008 précise les conditions de vidage des flux en entrée, mais ce n'était pas le cas pour POSIX.1-2001.

Remarquez que fflush() ne vide que les tampons d'espace utilisateur fournis par la bibliothèque C. Pour s'assurer que les données soient écrites physiquement sur le disque, il faut aussi vider les tampons du noyau à l'aide par exemple de sync(2) ou fsync(2).

fsync(2), sync(2), write(2), fclose(3), fileno(3), fopen(3), fpurge(3), setbuf(3), unlocked_stdio(3)

Cette page fait partie de la publication 5.13 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Lucien Gentis <lucien.gentis@waika9.com>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

27 août 2021 GNU