epoll_wait(2) System Calls Manual epoll_wait(2)

epoll_wait, epoll_pwait epoll_pwait2 - Attendre un événement d'E/S sur un descripteur de fichier epoll

Bibliothèque C standard (libc, -lc)

#include <sys/epoll.h>
int epoll_wait(int epfd, struct epoll_event *events,
               int maxevents, int timeout);
int epoll_pwait(int epfd, struct epoll_event *events,
               int maxevents, int timeout,
               const sigset_t *_Nullable sigmask);
int epoll_pwait2(int epfd, struct epoll_event *events,
               int maxevents, const struct timespec *_Nullable timeout,
               const sigset_t *_Nullable sigmask);

L'appel système epoll_wait() attend la réception d'un événement sur l'instance epoll(7) à laquelle se rapporte le descripteur de fichier epfd. La zone mémoire pointée par events est utilisée pour renvoyer des informations issues de la liste préparée pour les descripteurs de fichier de la liste d'intérêts ayant des événements disponibles. Un maximum de maxevents événements sont renvoyés par epoll_wait(). Le paramètre maxevents doit être supérieur à zéro.

L'argument timeout définit le temps en milliseconde pendant lequel epoll_wait() bloquera. Le temps est mesuré avec l'horloge CLOCK_MONOTONIC.

Un appel à epoll_wait() bloquera jusqu'à :

  • un descripteur de fichier délivre un événement ;
  • l’appel est interrompu par un gestionnaire de signal ;
  • le délai expire.

Remarquez que l’intervalle timeout sera arrondi à la granularité de l'horloge système et que les délais d'ordonnancement du noyau signifient que l'intervalle de blocage pourrait être dépassé d'une petite quantité. Un timeout de -1 force epoll_wait() à attendre indéfiniment, alors qu'un timeout nul force epoll_wait() à se terminer immédiatement, même si aucun événement n'est disponible.

La struct epoll_event est décrite dans epoll_event(3type).

Le champ data de chaque structure epoll_event renvoyée contiendra les mêmes données que celles de l'appel epoll_ctl(2) le plus récent (EPOLL_CTL_ADD, EPOLL_CTL_MOD) pour le descripteur de fichier ouvert correspondant.

Le champ events est un masque de bits qui indique les événements qui se sont produits pour la description de fichier ouvert correspondante. Voir epoll_ctl(2) pour une liste de bits qui peuvent apparaître dans ce masque.

La relation entre epoll_wait() et epoll_pwait() est similaire à celle entre select(2) et pselect(2) : de même que pselect(2), epoll_pwait() permet à une application d'attendre de façon sûre qu'un descripteur de fichier soit prêt ou qu'un signal arrive.

L'appel à epoll_pwait() suivant :


ready = epoll_pwait(epfd, &events, maxevents, timeout, &sigmask);

est équivalent à exécuter de façon atomique les appels suivants :


sigset_t origmask;
pthread_sigmask(SIG_SETMASK, &sigmask, &origmask);
ready = epoll_wait(epfd, &events, maxevents, timeout);
pthread_sigmask(SIG_SETMASK, &origmask, NULL);

Le paramètre sigmask peut valoir NULL, auquel cas, epoll_pwait() est équivalent à epoll_wait().

L'appel système epoll_pwait2() est équivalent à epoll_pwait(), sauf concernant l'argument timeout. Il prend un argument de type timespec pour pouvoir indiquer le délai de résolution en nanosecondes. Cet argument fonctionne de la même façon que pselect(2) et ppoll(2). Si timeout est NULL, epoll_pwait2() peut bloquer indéfiniment.

Lorsqu'il réussit, l'appel epoll_wait() renvoie le nombre de descripteurs prêts pour les E/S demandées, ou zéro si aucun descripteur n'est devenu prêt pendant la durée timeout millisecondes. Si une erreur se produit, epoll_wait() renvoie -1 et errno est positionné pour indiquer l'erreur.

epfd n'est pas un descripteur de fichier valable.
La zone mémoire pointée par events n'est pas accessible en écriture.
L'appel a été interrompu par un signal avant, soit qu'aucun des événements demandés n'ait eu lieu, soit que la temporisation timeout n'ait expiré ; consultez signal(7).
Le descripteur epfd fourni n'est pas un descripteur epoll, ou le paramètre maxevents est inférieur ou égal à zéro.

epoll_wait a été introduite dans Linux 2.6. La prise en charge de la bibliothèque est fournie dans la glibc 2.3.2.

epoll_pwaita été ajouté dans Linux 2.6.19. La prise en charge de la bibliothèque est fournie dans la glibc 2.6.

epoll_pwait2() a été ajouté dans Linux 5.11.

epoll_wait(), epoll_pwait() et epoll_pwait2() sont spécifiques à Linux.

Alors qu'un thread est bloqué par un appel d’epoll_pwait(), il est possible qu'un autre thread ajoute un descripteur de fichier à l'instance epoll attendue. Si le nouveau descripteur de fichier devient prêt, il forcera le déblocage de l'appel epoll_wait().

Si plus d'un descripteur de fichier maxevents est prêt quand epoll_wait() est appelé, les appels epoll_wait() suivants tourneront autour des descripteurs de fichier prêts. Ce comportement aide à éviter les scénarios de manque (starvation), où un processus ne parvient pas à voir que des descripteurs de fichier supplémentaires sont prêts car il se concentre sur des descripteurs déjà connus comme prêts.

Remarquez qu'il est possible d'appeler epoll_wait() sur une instance epoll dont la liste d'intérêts est actuellement vide (ou le devient car les descripteurs de fichier se ferment ou sont supprimés des intérêts dans un autre thread). L'appel bloquera jusqu'à ce qu'un descripteur de fichier soit ajouté plus tard à la liste d'intérêts (d'un autre thread) et que ce descripteur de fichier devienne prêt.

Les appels système epoll_pwait() et epoll_pwait2() bruts comportent un sixième argument, size_t sigsetsize, qui indique la taille en octets de l'argument sigmask. La fonction enveloppe epoll_pwait() de la glibc indique cet argument comme une valeur fixe (égale à sizeof(sigset_t)).

Avant Linux 2.6.37, une valeur timeout plus grande qu'environ LONG_MAX / HZ millisecondes est traitée comme -1 (c'est-à-dire l'infini). Ainsi, par exemple, sur un système où sizeof(long) vaut 4 et la valeur HZ du noyau vaut 1000, cela signifie que les temps d'attente supérieurs à 35,79 minutes sont traités comme l'infini.

epoll_create(2), epoll_ctl(2), epoll(7)

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

4 décembre 2022 Pages du manuel de Linux 6.02