e2fsck.conf(5) File Formats Manual e2fsck.conf(5)

e2fsck.conf - Fichier de configuration d'e2fsck

e2fsck.conf est le fichier de configuration de e2fsck(8). Il contrôle le comportement par défaut de e2fsck(8) pour les vérifications des systèmes de fichiers ext2, ext3 ou ext4.

Le fichier e2fsck.conf est dans un format de type INI. Les têtes de section sont délimitées par des crochets : [ ]. Dans chaque section, on trouve des affectations de valeurs à des variables ou des sous-sections qui contiennent elles-mêmes des affectations ou des sous-sections. Voici un exemple de format INI qui est utilisé par ce fichier de configuration :


[section1]
var1 = valeur_a
var1 = valeur_b
var2 = valeur_c


[section 2]
var3 = {
sousvar1 = sousvar_valeur_a
sousvar1 = sousvar_valeur_b
sousvar2 = sousvar_valeur_c
}
var1 = valeur_d
var2 = valeur_e
}

Les commentaires sont délimités par un caractère « ; » ou commencent par un caractère « # » et se terminent par le caractère de fin de ligne.

Les variables et valeurs doivent être protégées par des guillemets droits (« " ») si elles contiennent des espaces. À l'intérieur de ces guillemets, les barres obliques inverses sont interprétées comme à l'habitude : « \n » (nouvelle ligne), « \t » (tabulation), « \b » (caractère d'effacement) et « \\ » (barre oblique inverse).

Les sections suivantes sont utilisées dans le fichier e2fsck.conf. Elles seront décrites avec plus de détails plus bas dans le document.

[options]
Cette section contient des paramètres de configuration généraux pour le comportement de e2fsck.
[defaults]
Contient les variables qui définissent les paramètres par défaut utilisés par e2fsck(8). En général, ces paramètres par défaut peuvent être remplacés par des options fournies par l'utilisateur en ligne de commande.
[problems]
Cette section permet à l'administrateur de configurer comment e2fsck doit gérer certaines incohérences des systèmes de fichiers.
[scratch_files]
Cette section contrôle à quels moments e2fsck utilisera des fichiers temporaires afin de réduire la mémoire nécessaire.

Les variables suivantes sont définies dans la section [options].

Si cette variable booléenne est positionnée à vrai, alors si l'utilisateur interrompt e2fsck avec un Contrôle-c et que le système de fichiers n'est pas marqué explicitement comme contenant des erreurs, e2fsck quittera avec un code de sortie de 0 au lieu de 32. La valeur par défaut est faux.
Malheureusement, à cause de la triste décision de Windows de configurer l'heure matérielle à l'heure locale, au lieu de l'heure UTC (moins sujette à erreur et plus propre), de nombreux utilisateurs se retrouvent avec des horloges système mal mises à l'heure quand e2fsck est lancé.
Anciennement, c'était causé par des scripts d'initialisation ou d'installateurs bogués qui ne détectaient et ne géraient pas correctement ce problème. Malheureusement, cela est occasionnellement vrai même aujourd'hui (c'est le plus souvent dû à un gestionnaire de virtualisation bogué ou mal configuré, ou alors si l'installateur n'a pas accès à un serveur de temps pendant le processus d'installation). Ainsi, par défaut, on accepte que le superbloc de temps soit modifié d'un temps allant jusqu'à 24 heures. On peut désactiver ce comportement en positionnant la variable booléenne accept_time_fudge à faux (vrai par défaut).
Le programme e2fsck(8) utilise des algorithmes qui supposent que l'horloge du système est correcte. De plus, de nombreux autres programmes font les mêmes suppositions. Par exemple la bibliothèque UUID requiert que l'heure ne soit pas remontée, afin d'être sûre d'attribuer des identifiants uniques. Si l'horloge du système est cassée, elle est… cassée. Cependant, ces horloges existent (en particulier dans les systèmes embarqués). e2fsck essaiera d'utiliser des algorithmes pour estimer s'il est possible de faire confiance à l'heure et de ne pas exécuter de test basé sur l'heure si ce n'est pas le cas. Si cette variable booléenne est vraie, e2fsck supposera toujours qu'il ne faut pas faire confiance à l'horloge système.
Cette variable booléenne est synonyme de accept_time_fudge pour des raisons de compatibilité ascendante. Auparavant, la valeur par défaut d'accept_time_fudge était faux, et buggy_init_scripts activait alors le champ temps du superbloc avec une valeur erronée pouvant dévier jusqu'à 24 heures. Lorsque la valeur par défaut a été changée, la variable booléenne a aussi été renommée en accept_time_fudge.
Cette variable booléenne contrôle si e2fsck(8) proposera de supprimer l'attribut test_fs si le système de fichiers ext4 est disponible sur le système. La valeur par défaut est vrai.
Cette variable booléenne contrôle si l'intervalle entre deux vérifications (qu'il soit basé sur une durée ou un nombre de montages) doit être doublé si le système fonctionne sur batterie. La valeur par défaut est vrai.
Quand e2fsck(8) rempaquette un répertoire indexé, réserver le pourcentage indiqué d'espace disponible dans chaque nœud des feuilles de telle sorte que de nouvelles entrées puissent être ajoutées au répertoire sans avoir à éparpiller les nœuds des feuilles, ce qui permet de maintenir la moyenne du taux de remplissage des répertoires à un niveau plus important et plus efficace. La valeur par défaut est de 20 pour cent.
Si cette variable booléenne est vraie, exploiter l'utilisation de la mémoire pour la vérification d'un système de fichiers avec un grand nombre de fichiers liés physiquement. La quantité de mémoire requise est proportionnelle au nombre d'inœuds dans le système de fichier. Pour des grands systèmes de fichiers, cela peut être des gigaoctets de mémoire. (Par exemple, un système de fichiers de 40 To avec 2.8 milliards d'inœuds consommera 5,7 Go de mémoire supplémentaires si cette option est activée.) La valeur par défaut est faux.
Si les variables log_filename ou problem_log_filename contiennent un nom de chemin relatif, alors le journal sera placé dans le répertoire indiqué par la variable log_dir.
Cette variable contient un répertoire alternatif qui sera utilisé si le répertoire indiqué dans log_dir n'est pas disponible ou si l'écriture n'y est pas permise.
Si cette variable booléenne est vraie, alors si les répertoires précisés par log_dir ou log_dir_fallback ne sont pas disponibles, ou si l'écriture n'y est pas encore autorisée, e2fsck sauvegardera la sortie dans un tampon mémoire. Un processus fils vérifiera alors de manière périodique si le répertoire de journalisation est devenu disponible après que la séquence d'amorçage a monté le système de fichiers nécessaire pour la lecture et l'écriture. Cela implémente la fonctionnalité fournie par logsave(8) pour les journaux d'e2fsck.
Cette variable indique le nom du fichier dans lequel une copie de la sortie d'e2fsck sera écrite. Si certains rapports de problèmes sont supprimés par la variable max_count_problems, (ou par la variable max_count pour un réglage propre à chaque type de problème), la totalité des problèmes sera quand même écrite dans le journal. Le nom de fichier peut contenir des expressions avec des pour cent (%D, %T, %N, etc.) qui seront développées de sorte que le nom de fichier du journal puisse contenir la date, l'heure, le nom du périphérique, ainsi que d'autres paramètres de l'exécution. Consultez la section JOURNALISATION pour plus d'informations.
Cette variable précise le nombre maximal de rapports de problèmes d'un type particulier qui sera affiché sur la sortie standard, avant que les autres soient oubliés. Cela peut être utile si la console est lente (par exemple, si elle est connectée par un port série) et que la grande quantité d'informations en sortie peut entraîner un retard important dans le processus d'amorçage (éventuellement plusieurs heures).
Si cette variable booléenne est vraie, ne pas proposer d'optimiser l'arbre d'extension en réduisant la largeur ou la profondeur de l'arbre. La valeur par défaut est faux.
Cette variable indique le nom du fichier dans lequel un journal des codes d'erreur découverts par e2fsck est écrit. Le nom de fichier peut contenir des expressions avec des pour cent (%D, %T, %N, etc.) qui seront développées de sorte que le nom de fichier du journal puisse contenir la date, l'heure, le nom du périphérique, ainsi que d'autres paramètres de l'exécution. Consultez la section JOURNALISATION pour plus d'informations.
Utiliser ce pourcentage de mémoire pour tenter de lire dans les blocs de métadonnées en avance sur le thread principal de e2fsck. Cela pourrait réduire le temps d'exécution, en fonction de la vitesse du stockage sous-jacent et de la quantité de mémoire libre. Il n'y a pas de valeur par défaut, mais voir readahead_kb pour plus de détails.
Utiliser cette quantité de mémoire pour lire dans les blocs de métadonnées en avance sur le thread principal de vérification. Définir cette valeur à zéro désactive complètement la prélecture. Par défaut, cette variable est définie à la taille de deux tables d'inœud de groupes de bloc (habituellement, 4 MiB sur un système de fichiers ext4 ordinaire) ; si cette quantité est plus que le cinquantième de la mémoire physique totale, la prélecture est désactivée.
Si cette variable booléenne est vraie, e2fsck affichera les fonctionnalités du système de fichiers lors d'un rapport bavard (c'est-à-dire lorsque l'option -v est indiquée).
Si cette variable booléenne est vraie, e2fsck fonctionnera comme si les options -tt étaient toujours indiquées. Dans ce cas, e2fsck affichera les statistiques chronométriques à chaque passage pour les vérifications complètes du système de fichiers.
Si cette variable booléenne est vraie, e2fsck fonctionnera comme si l'option -v était toujours indiquée. Dans ce cas, e2fsck affichera des informations supplémentaires à la fin de chaque vérification complète du système de fichiers.

Les variables suivantes sont définies dans la section [defaults].

Cette variable indique le répertoire où les fichiers d'annulations devraient être enregistrés. Il peut être modifié avec la variable d'environnement E2FSPROGS_UNDO_DIR. Si l'emplacement du répertoire indiqué est none, mke2fs ne créera pas de fichier d'annulation.

Chaque variable de la section [problems] porte le nom d'un code de problème indiqué par une valeur hexadécimale sur 6 chiffres, préfixée par « 0x ». La valeur de la variable est une sous-section dont chaque variable remplace le traitement par défaut pour ce code d'erreur particulier.

Remarquez qu'une mauvaise configuration de cette section peut rendre le comportement de e2fsck incorrect ou même de le faire planter. La plupart des administrateurs système ne devraient pas y apporter de modifications sans se référer au code source.

Pour chacune des sous-sections de code d'erreur, les variables suivantes peuvent être utilisées.

Cette variable permet de remplacer le message qui est affiché quand cette incohérence est détectée.
Cette variable booléenne indique si e2fsck, quand il est lancé dans le mode « preen », doit corriger par défaut automatiquement ce type de problème sur un système de fichiers.
Cette variable entière remplace la variable max_count_problems (positionnée dans la section [options]) pour ce problème particulier.
Cette variable booléenne indique si le système de fichiers doit être marqué comme incohérent si l'utilisateur refuse de corriger le problème indiqué.
Cette variable booléenne définit si la réponse par défaut pour ce problème (ou cette question) doit être « no ».
Cette variable booléenne a la priorité sur le comportement par défaut du contrôle de la suppression ou non de la description de ce problème de système de fichiers si e2fsck est exécuté dans le mode « preen ».
Cette variable booléenne a la priorité sur le comportement par défaut du contrôle de la suppression ou non de la description de ce problème de système de fichiers si la réparation de celui-ci est empêchée, soit parce que e2fsck est exécuté avec l'option -n, soit parce que l'indicateur force_no a été positionné pour ce problème.
Si cette option booléenne est positionnée à vrai, alors cela forcera le problème à ne jamais être réparé, comme si l'utilisateur répondait « non » à la question « Ce problème doit-il être réparé ? ». L'option force_no annule complètement l'option -y donnée sur la ligne de commande (seulement pour le problème indiqué, bien sûr).
Cette option booléenne, si elle est positionnée à vrai, marque le problème comme un de ceux où, si l'utilisateur donne le droit d'effectuer la modification demandée, cela ne signifie pas que le système de fichier a un problème qui a déjà été corrigé. Cela est utilisé pour les requêtes pour optimiser la structure des données du système de fichiers, comme le découpage d”un arbre d'extension

Les variables suivantes sont définies dans la section [scratch_files].

Si le répertoire indiqué existe et est accessible en écriture, alors e2fsck essaiera d'utiliser ce répertoire pour sauver des fichiers temporaires au lieu d'utiliser des structures de données en mémoire.
Si cette variable est activée, alors des structures de données en mémoire sont utilisées si le nombre de répertoires dans le système de fichiers est inférieur à la quantité indiquée.
Cette variable booléenne contrôle si le répertoire pour les fichiers temporaires est utilisé au lieu de structure de données en mémoire pour les informations sur les répertoires. La valeur par défaut est vrai.
Cette variable booléenne contrôle si le répertoire pour les fichiers temporaires est utilisé au lieu de structure de données en mémoire pour le suivi du décompte des inœuds. La valeur par défaut est vrai.

e2fsck a la faculté de sauvegarder l'information tirée d'une exécution d'e2fsck dans un répertoire, afin qu'un administrateur système puisse la consulter au besoin. Cela permet de conserver l'information capturée pendant les exécutions aussi bien automatiques que manuelles d'e2fsck. Cette fonctionnalité est contrôlée par les variables log_filename, log_dir, log_dir_fallback et log_dir_wait dans la section [options].

Le nom du fichier dans log_filename peut contenir les expressions avec pour cent suivantes qui seront développées comme suit :

%d
Jour du mois
%D
Date du jour. Équivalent à %Y%m%d
%h
Nom d'hôte du système.
%H
Heure au format 24 heures (00..23).
%m
Mois, sous la forme d'un nombre à deux chiffres (01..12).
%M
Minute (00..59).
%N
Nom du périphérique bloc contenant le système de fichiers, sans nom de chemin du répertoire.
%p
Identifiant du processus e2fsck.
%s
Heure, exprimée en seconde depuis le 1er janvier 1970, 00h00 UTC.
%S
Seconde (00..59)
%T
Heure actuelle. Équivalent à %H%M%S.
%u
Nom de l'utilisateur faisant fonctionner e2fsck.
%U
Cette expression avec un signe pour cent n'est pas développée, mais signale que les dates et heures qui suivent doivent être exprimées en UTC plutôt que sur le fuseau local.
%y
Les deux derniers chiffres de l'année (00..99)
%Y
Année (par exemple, 2012).

La configuration suivante empêchera e2fsck de quitter pendant le processus de démarrage quand un système de fichiers contient un fichier orphelin (bien sûr ce n'est pas toujours une bonne idée, puisque des fichiers critiques nécessaires pour la sécurité d'un système pourraient se retrouver dans lost+found, et démarrer le système sans vérification d'un administrateur système peut être dangereux).


[problems]
0x040002 = {
preen_ok = true
description = "@u @i %i. "
}

Avec la recette suivante, le journal d'e2fsck sera enregistré dans le répertoire /var/log/e2fsck, avec un nom de fichier qui contient le nom du périphérique, le nom d'hôte du système, la date et l'heure sous la forme « e2fsck-sda3.server.INFO.20120314-112142 ». Si le répertoire contenant /var/log est situé sur le système de fichiers racine qui est initialement monté en lecture seule, la sortie sera enregistrée en mémoire et écrite dans le fichier dès que le système de fichiers racine aura été remonté en lecture et écriture. Afin d'éviter que trop de détails soient écrits sur la console série (ce qui pourrait potentiellement ralentir la séquence d'amorçage), ne seront affichées que les 16 premières occurrences de chaque type de problème de corruption du système de fichiers.


[options]
max_count_problems = 16
log_dir = /var/log/e2fsck
log_filename = e2fsck-%N.%h.INFO.%D-%T
log_dir_wait = true

/etc/e2fsck.conf
Le fichier de configuration pour e2fsck(8).

e2fsck(8)

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Gérard Delafond <gerard@delafond.org>, Frédéric Delanoy <delanoy_f@yahoo.com>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, Sébastien Blanchet, Emmanuel Araman <Emmanuel@araman.org>, Éric Piel <eric.piel@tremplin-utc.net>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Romain Doumenc <rd6137@gmail.com>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com> et Jean-Pierre Giraud <jean-pierregiraud@neuf.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

Décembre 2021 E2fsprogs version 1.46.5