ARCH_PRCTL(2) Manuel du programmeur Linux ARCH_PRCTL(2)

arch_prctl - Définir l'état spécifique à l'architecture d’un processus

#include <asm/prctl.h>
#include <sys/prctl.h>
int arch_prctl(int code, unsigned long addr);
int arch_prctl(int code, unsigned long *addr);

Note : il n'existe pas d'enveloppe pour cet appel système dans la glibc ; voir NOTES.

La fonction arch_prctl() définit l'état spécifique à l'architecture pour le thread ou le processus. code sélectionne une sous‐fonction et lui passe l'argument addr ; addr est interprété comme un unsigned long pour les opérations « set », ou comme un unsigned long *, pour les opérations « get ».

Les sous‐fonctions pour les architectures x86 et x86-64 sont :

ARCH_SET_CPUID (depuis Linux 4.12)
Activer (addr != 0) ou désactiver (addr == 0) l'instruction cpuid pour le thread appelant. L'instruction est activée par défaut. Si elle est désactivée, l'exécution de l'instruction cpuid générera un signal SIGSEGV. Cette fonctionnalité peut être utilisée pour émuler des résultats de cpuid qui diffèrent de ceux obtenus normalement sur le matériel sous-jacent (par exemple dans un environnement de paravirtualisation).
Le paramètre ARCH_SET_CPUID est préservé pendant un fork(2) et un clone(2) mais il est réinitialisé à l'état par défaut (donc cpuid activé) en cas de execve(2).
ARCH_GET_CPUID (depuis Linux 4.12)
Renvoyer la position de l'attribut manipulé par ARCH_SET_CPUID sous forme d'un appel système (1 pour activé, 0 pour désactivé). addr est ignoré.
Les sous‐fonctions pour l'architecture x86-64 sont :
ARCH_SET_FS
Remplir la base 64 bits pour le registre FS avec addr.
ARCH_GET_FS
Renvoyer la valeur dans la base 64 bits pour le registre FS du thread appelant dans la variable unsigned long pointée par addr.
ARCH_SET_GS
Remplir la base 64 bits pour le registre GS avec addr.
ARCH_GET_GS
Renvoyer la valeur dans la base 64 bits pour le registre GS du thread appelant dans la variable unsigned long pointée par addr.

S'il réussit, arch_prctl() renvoie 0. En cas d'erreur, il renvoie -1 et remplit errno avec la valeur d'erreur.

EFAULT
addr pointe vers une adresse non affectée ou est en dehors de l'espace d'adressage.
EINVAL
code n'est pas une sous‐commande autorisée.
EPERM
addr pointe en dehors de l'espace d'adressage du processus.
ENODEV
ARCH_SET_CPUID a été sollicité mais le matériel ne prend pas en charge les erreurs CPUID.

arch_prctl() est une extension Linux/x86-64 et ne doit pas être employée dans un programme portable.

arch_prctl() n'est pris en charge sur Linux/x86-64 que pour les programmes 64 bits.

La base 64 bits change lorsqu'un nouveau sélecteur de segment 32 bits est chargé.

ARCH_SET_GS est inactif dans certains noyaux.

Les changements de contexte pour les bases 64 bits sont assez coûteux. Pour les optimiser, si une adresse de base 32 bits TLS est utilisée, arch_prctl() peut utiliser une entrée TLS réelle comme si on avait appelé set_thread_area(2) plutôt que de manipuler directement le registre de la base du segment. La mémoire dans les premiers 2 Go d'adressage peut être allouée en utilisant mmap(2) avec l'attribut MAP_32BIT.

Du fait de l'optimisation précitée, l'utilisation de arch_prctl() et de set_thread_area(2) dans le même thread est dangereuse car elles peuvent écraser les entrées TLS entre elles.

La glibc ne fournit pas de fonction autour de cet appel système ; appelez-le avec syscall(2).

FS peut être déjà utilisé par la bibliothèque de threading. Les programmes qui utilisent directement ARCH_SET_FS vont très probablement planter.

mmap(2), modify_ldt(2), prctl(2), set_thread_area(2)

Manuel du programmeur AMD X86-64

Cette page fait partie de la publication 5.11 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page, peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess https://www.blaess.fr/christophe/, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

22 mars 2021 Linux